L’année 2019 marque un jalon important pour Investissements RPC, soit le 20e anniversaire de l’Office en tant que gestionnaire de placement de la caisse du Régime de pensions du Canada. Bien des choses peuvent changer en une génération (en 1999, le territoire nouvellement créé du Nunavut élisait pour la première fois un premier ministre). Investissements RPC et la caisse qu’il gère ont beaucoup évolué au cours des deux dernières décennies. Dans ce numéro spécial de « Cinq points en bref », nous réfléchissons sur ces changements et sur ce qu’ils signifient pour l’avenir de Investissements RPC.

Viabilité du RPC : Durant les années 1990, il était devenu évident que le RPC était non viable. À cause des changements démographiques au pays, il resterait moins de travailleurs pour soutenir le nombre croissant de retraités. L’Office d’investissement du RPC a été créé en 1997 avec le mandat d’investir. Nous avons reçu notre premier versement en 1999; depuis ce placement initial de 12 millions de dollars, la caisse est passée de 36,9 milliards de dollars à plus de 368,5 milliards de dollars aujourd’hui. Nous sommes également passés de zéro à environ 1,600 employés qui encadrent les investisseurs et les partenaires stratégiques à Toronto, à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à Mumbai, à New York, à São Paolo et à Sydney. Tous les trois ans, l’actuaire en chef du Canada dépose un rapport d’examen de la situation et de la viabilité de la caisse. Le plus récent rapport a conclu que le régime devrait s’acquitter de toutes ses obligations dans un horizon de 75 ans.

Fait rapide : En 2008, nous avons ouvert notre premier bureau à l’étranger, à Hong Kong : un bureau qui emploie maintenant plus de 130 professionnels des placements

Aider les investisseurs à investir à long terme : En tant qu’investisseurs du RPC, nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sur une certitude élevée en ce qui concerne les futures cotisations; nous avons donc l’avantage de pouvoir regarder plus loin que la dynamique à court terme des marchés pour prendre des décisions de placement prudentes et patientes. Cette vision à long terme est un axe central de notre stratégie de placement. Au cours des années, nous l’avons testée en nous appuyant sur la recherche et des partenariats avec des dirigeants d’entreprise du monde entier. En 2014, avec McKinsey & Company, nous avons lancé une initiative pluriannuelle intitulée Focusing Capital on the Long Term (FCLT) pour accentuer l’importance de la création de valeur à long terme. FCLTGlobal est maintenant un organisme à but non lucratif indépendant.

Fait rapide : FCLTGlobal compte 50 organisations membres, y compris des chefs de file mondiaux dans le secteur des affaires, de l’investissement et de la recherche

Souligner les occasions dans l’énergie renouvelable : Pour nous, l’investissement durable se définit simplement comme un processus de placement intelligent à long terme. Les placements dans les énergies renouvelables sont susceptibles de fournir d’intéressants rendements corrigés du risque lorsqu’ils suivent une approche raisonnable et prudente. C’est pourquoi Investissements RPC a écrit une page d’histoire en émettant sa première obligation verte en 2018, du jamais vu à l’époque pour une caisse de retraite et la plus importante opération visant une obligation verte au Canada jusqu’à ce jour. Depuis leur apparition en 2007, les obligations vertes sont devenues un moyen courant pour les organisations de lever des fonds destinés à des projets procurant des avantages environnementaux. Notre cadre de référence pour les obligations vertes définit les catégories admissibles pour les produits de leur émission, notamment l’énergie renouvelable, la gestion durable des eaux et des eaux usées et les immeubles écologiques.

Fait rapide : Selon la Climate Bonds Initiative, les émissions annuelles d’obligations vertes devraient atteindre de 250 à 300 milliards de dollars en 2018, et 1 000 milliards de dollars d’ici 2020

Promouvoir des conseils d’administration diversifiés et efficaces : Les femmes comptent aujourd’hui pour environ 22 % des administrateurs des grandes sociétés cotées en bourse — et le mouvement vers la parité avance à pas de tortue. Les recherches ayant montré que les sociétés où les femmes sont plus nombreuses au conseil d’administration et à la direction affichent de meilleurs rendements, Investissements RPC a décidé d’agir. En 2018, son équipe Investissement durable a ajouté l’efficacité du conseil comme cinquième vecteur d’engagement et, au cours de la saison des procurations de 2017, a tiré parti de ses droits de vote aux assemblées d’actionnaires de 45 sociétés canadiennes dont les conseils d’administration ne comprenaient pas de femmes pour montrer son désir d’améliorer la mixité. Un an plus tard, près de la moitié de ces sociétés ont ajouté une administratrice. En 2018, nous avons donc adopté une nouvelle politique globale visant à voter contre le président du comité de nomination du conseil si aucun administrateur n’est une femme.

Fait rapide : La toute première personne à présider le conseil d’administration de Investissements RPC a été une femme, Gail Cook-Bennett, et la présidente actuelle, Heather Munroe-Blum, poursuit l’efficace leadership dont elle avait fait preuve. RPC Investissements maintient la parité au sein du conseil d’administration depuis 2017.

Un fonds en croissance : Cette année, nous avons commencé à recevoir et à investir les premières cotisations qui découlent de la bonification du RPC. Ces cotisations permettront d’augmenter progressivement le montant que les travailleurs canadiens recevront du RPC lorsqu’ils prendront leur retraite. Tandis que plus de Canadiens vivront plus longtemps, le besoin de bien se préparer à la retraite devient de plus en plus important et le RPC, qui perçoit des cotisations, est un élément essentiel du contexte de retraite global. Nous investissons maintenant les cotisations qui découlent de la bonification du RPC en accordant une attention particulière à la croissance, au contrôle du risque et à la transparence — parce que plus de 20 millions de Canadiens comptent sur nous.

Fait rapide : Pour la toute première fois, le nombre de personnes âgées au Canada dépassait celui des enfants en 2017.

L’année 2019 marque un jalon important pour Investissements RPC, soit le 20e anniversaire de l’Office en tant que gestionnaire de placement de la caisse du Régime de pensions du Canada. Bien des choses peuvent changer en une génération (en 1999, le territoire nouvellement créé du Nunavut élisait pour la première fois un premier ministre). Investissements RPC et la caisse qu’il gère ont beaucoup évolué au cours des deux dernières décennies. Dans ce numéro spécial de « Cinq points en bref », nous réfléchissons sur ces changements et sur ce qu’ils signifient pour l’avenir de Investissements RPC.

Viabilité du RPC : Durant les années 1990, il était devenu évident que le RPC était non viable. À cause des changements démographiques au pays, il resterait moins de travailleurs pour soutenir le nombre croissant de retraités. L’Office d’investissement du RPC a été créé en 1997 avec le mandat d’investir. Nous avons reçu notre premier versement en 1999; depuis ce placement initial de 12 millions de dollars, la caisse est passée de 36,9 milliards de dollars à plus de 368,5 milliards de dollars aujourd’hui. Nous sommes également passés de zéro à environ 1,600 employés qui encadrent les investisseurs et les partenaires stratégiques à Toronto, à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à Mumbai, à New York, à São Paolo et à Sydney. Tous les trois ans, l’actuaire en chef du Canada dépose un rapport d’examen de la situation et de la viabilité de la caisse. Le plus récent rapport a conclu que le régime devrait s’acquitter de toutes ses obligations dans un horizon de 75 ans.

Fait rapide : En 2008, nous avons ouvert notre premier bureau à l’étranger, à Hong Kong : un bureau qui emploie maintenant plus de 130 professionnels des placements

Aider les investisseurs à investir à long terme : En tant qu’investisseurs du RPC, nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sur une certitude élevée en ce qui concerne les futures cotisations; nous avons donc l’avantage de pouvoir regarder plus loin que la dynamique à court terme des marchés pour prendre des décisions de placement prudentes et patientes. Cette vision à long terme est un axe central de notre stratégie de placement. Au cours des années, nous l’avons testée en nous appuyant sur la recherche et des partenariats avec des dirigeants d’entreprise du monde entier. En 2014, avec McKinsey & Company, nous avons lancé une initiative pluriannuelle intitulée Focusing Capital on the Long Term (FCLT) pour accentuer l’importance de la création de valeur à long terme. FCLTGlobal est maintenant un organisme à but non lucratif indépendant.

Fait rapide : FCLTGlobal compte 50 organisations membres, y compris des chefs de file mondiaux dans le secteur des affaires, de l’investissement et de la recherche

Souligner les occasions dans l’énergie renouvelable : Pour nous, l’investissement durable se définit simplement comme un processus de placement intelligent à long terme. Les placements dans les énergies renouvelables sont susceptibles de fournir d’intéressants rendements corrigés du risque lorsqu’ils suivent une approche raisonnable et prudente. C’est pourquoi Investissements RPC a écrit une page d’histoire en émettant sa première obligation verte en 2018, du jamais vu à l’époque pour une caisse de retraite et la plus importante opération visant une obligation verte au Canada jusqu’à ce jour. Depuis leur apparition en 2007, les obligations vertes sont devenues un moyen courant pour les organisations de lever des fonds destinés à des projets procurant des avantages environnementaux. Notre cadre de référence pour les obligations vertes définit les catégories admissibles pour les produits de leur émission, notamment l’énergie renouvelable, la gestion durable des eaux et des eaux usées et les immeubles écologiques.

Fait rapide : Selon la Climate Bonds Initiative, les émissions annuelles d’obligations vertes devraient atteindre de 250 à 300 milliards de dollars en 2018, et 1 000 milliards de dollars d’ici 2020

Promouvoir des conseils d’administration diversifiés et efficaces : Les femmes comptent aujourd’hui pour environ 22 % des administrateurs des grandes sociétés cotées en bourse — et le mouvement vers la parité avance à pas de tortue. Les recherches ayant montré que les sociétés où les femmes sont plus nombreuses au conseil d’administration et à la direction affichent de meilleurs rendements, Investissements RPC a décidé d’agir. En 2018, son équipe Investissement durable a ajouté l’efficacité du conseil comme cinquième vecteur d’engagement et, au cours de la saison des procurations de 2017, a tiré parti de ses droits de vote aux assemblées d’actionnaires de 45 sociétés canadiennes dont les conseils d’administration ne comprenaient pas de femmes pour montrer son désir d’améliorer la mixité. Un an plus tard, près de la moitié de ces sociétés ont ajouté une administratrice. En 2018, nous avons donc adopté une nouvelle politique globale visant à voter contre le président du comité de nomination du conseil si aucun administrateur n’est une femme.

Fait rapide : La toute première personne à présider le conseil d’administration de Investissements RPC a été une femme, Gail Cook-Bennett, et la présidente actuelle, Heather Munroe-Blum, poursuit l’efficace leadership dont elle avait fait preuve. RPC Investissements maintient la parité au sein du conseil d’administration depuis 2017.

Un fonds en croissance : Cette année, nous avons commencé à recevoir et à investir les premières cotisations qui découlent de la bonification du RPC. Ces cotisations permettront d’augmenter progressivement le montant que les travailleurs canadiens recevront du RPC lorsqu’ils prendront leur retraite. Tandis que plus de Canadiens vivront plus longtemps, le besoin de bien se préparer à la retraite devient de plus en plus important et le RPC, qui perçoit des cotisations, est un élément essentiel du contexte de retraite global. Nous investissons maintenant les cotisations qui découlent de la bonification du RPC en accordant une attention particulière à la croissance, au contrôle du risque et à la transparence — parce que plus de 20 millions de Canadiens comptent sur nous.

Fait rapide : Pour la toute première fois, le nombre de personnes âgées au Canada dépassait celui des enfants en 2017.