skip content
Loading indicator

Entrez le terme de recherche

La chaîne de blocs promet d’être l’option la plus viable pour permettre aux systèmes d’IA d’obtenir les données dont ils ont besoin tout en protégeant les renseignements personnels des personnes dont les activités produisent ces données.

L’intelligence artificielle est à la tête d’une révolution technologique. Toutefois, elle est confrontée à la grande barrière des données.

Tandis que les entreprises et les organisations investissent de l’argent dans des technologies gourmandes en données, les progrès sont au point mort en matière de protection de la vie privée, ce qui ralentit l’avancement de projets de villes intelligentes et de mise en œuvre de services de soins de santé, entre autres choses, partout en Amérique du Nord. En Europe, le règlement général sur la protection des données a freiné le développement. Cela a de graves conséquences pour les investisseurs.

Les investisseurs surveillent une autre tendance en matière de technologie de pointe, celle de la chaîne de blocs, qui pourrait apporter une solution. Certains des investisseurs les plus intelligents du monde de la technologie appuient des projets qui réunissent les deux technologies.

Le mariage des technologies d’IA et de la chaîne de blocs peut donner aux utilisateurs le contrôle de leurs données tout en permettant aux moteurs d’IA voraces d’utiliser ces données de façon anonyme.

Le mariage des technologies d’IA et de la chaîne de blocs peut donner aux utilisateurs le contrôle de leurs données tout en permettant aux moteurs d’IA voraces d’utiliser ces données de façon anonyme.

Selon Yves-Alexandre de Montjoye, chef du Computational Privacy Group (unité de protection des renseignements personnels dans les environnements informatiques) de l’Imperial College de Londres : « Par le passé, il s’agissait soit de protection des renseignements personnels, soit d’innovation en matière d’intelligence artificielle ». « Nous ne sommes pas pour autant condamnés à privilégier l’un au détriment de l’autre. »

Bien que les chercheurs aient depuis longtemps assuré au public que les données sont rendues anonymes avant d’être acheminées par des algorithmes, les ensembles de données rendus anonymes peuvent, en fait, parfois être désanonymisés. Une étude réalisée en 2015 a montré que quelques points de données (la date et le lieu d’un achat par carte de crédit) suffisaient à identifier 90 % des personnes parmi un million d’utilisateurs de cartes de crédit.

Des recherches plus récentes démontrent que les réseaux neuronaux profonds au cœur de nombreux systèmes d’IA stockent des données en mémoire et peuvent fournir des numéros de sécurité sociale, des numéros de carte de crédit et d’autres informations sensibles longtemps après que les entrées initiales ont été supprimées.

Selon Dawn Song, professeure d’informatique à l’Université de Californie, Berkeley et fondatrice d’Oasis Labs : « La simple anonymisation ne fonctionne pas ».

Cette révélation a déclenché une course aux solutions. La chaîne de blocs est à la fois la solution la plus récente et la plus prometteuse.

L’entreprise Enigma.co de Guy Zyskind, basée à San Francisco, et Oasis Labs de Dawn Song utilisent des contrats intelligents sur une chaîne de blocs en tant que passerelle sécurisée par laquelle les systèmes d’IA peuvent accéder aux données, assurant ainsi l’anonymat des propriétaires de données.

(Un contrat intelligent est une unité de code qui est exécutée par tous les nœuds d’un réseau de chaîne de blocs. Une fois vérifiée sur la chaîne de blocs, elle ne peut plus être modifiée. Cependant, les données sur les chaînes de blocs sont accessibles à quiconque possède un nœud. Ces nouvelles solutions cachent les données aux nœuds qui exécutent le code).

« Nous fournissons des cadres pour l’apprentissage automatique qui préserve les renseignements personnels dans le cadre de contrats intelligents », a déclaré Mme Song. Oasis Labs vient de publier la dernière version de sa plateforme, Oasis Devnet, qui fournit aux développeurs des outils pour construire, tester et déployer des contrats intelligents qui protègent la confidentialité des données tout en utilisant ces données.

Les investisseurs en ont pris note. Enigma.co a réuni 45 millions de dollars américains pour son projet de protection des renseignements personnels en deux cycles de financement. En juillet, Oasis Labs a également réuni 45 millions de dollars américains dans le cadre d’une prévente symbolique privée à de grands investisseurs du secteur des technologies, dirigée par le nouveau fonds crypto A16z d’Andreessen Horowitz.

« Nous pensons que nos efforts permettront de libérer d’énormes possibilités dans le domaine de l’apprentissage automatique et dans bien d’autres domaines », a déclaré M. Zyskind, qui a été le premier à décrire comment les technologies de la chaîne de blocs et de protection des renseignements personnels pourraient être combinées pour créer de nouveaux moyens de protéger les données. « Nous avons trouvé un moyen de rendre les chaînes de blocs vraiment utiles. »

Bien que le mariage prometteur de l’IA et de la chaîne de blocs n’en soit qu’à ses balbutiements, c’est exactement le genre de tendances que Investissements RPC suit de près. « En tant qu’investisseur à long terme, nous sommes bien placés pour tirer parti des grands thèmes émergents, car nous avons un horizon similaire en matière d’investissement », a déclaré Mark Machin, président et chef de la direction de Investissements RPC. « Notre travail consiste à comprendre non seulement les aspects passionnants des nouvelles technologies, mais aussi leurs implications, et pas seulement aujourd’hui, mais dans les décennies à venir. »

La chaîne de blocs promet d’être l’option la plus viable pour permettre aux systèmes d’IA d’obtenir les données dont ils ont besoin tout en protégeant les renseignements personnels des personnes dont les activités produisent ces données.

L’intelligence artificielle est à la tête d’une révolution technologique. Toutefois, elle est confrontée à la grande barrière des données.

Tandis que les entreprises et les organisations investissent de l’argent dans des technologies gourmandes en données, les progrès sont au point mort en matière de protection de la vie privée, ce qui ralentit l’avancement de projets de villes intelligentes et de mise en œuvre de services de soins de santé, entre autres choses, partout en Amérique du Nord. En Europe, le règlement général sur la protection des données a freiné le développement. Cela a de graves conséquences pour les investisseurs.

Les investisseurs surveillent une autre tendance en matière de technologie de pointe, celle de la chaîne de blocs, qui pourrait apporter une solution. Certains des investisseurs les plus intelligents du monde de la technologie appuient des projets qui réunissent les deux technologies.

Le mariage des technologies d’IA et de la chaîne de blocs peut donner aux utilisateurs le contrôle de leurs données tout en permettant aux moteurs d’IA voraces d’utiliser ces données de façon anonyme.

Le mariage des technologies d’IA et de la chaîne de blocs peut donner aux utilisateurs le contrôle de leurs données tout en permettant aux moteurs d’IA voraces d’utiliser ces données de façon anonyme.

Selon Yves-Alexandre de Montjoye, chef du Computational Privacy Group (unité de protection des renseignements personnels dans les environnements informatiques) de l’Imperial College de Londres : « Par le passé, il s’agissait soit de protection des renseignements personnels, soit d’innovation en matière d’intelligence artificielle ». « Nous ne sommes pas pour autant condamnés à privilégier l’un au détriment de l’autre. »

Bien que les chercheurs aient depuis longtemps assuré au public que les données sont rendues anonymes avant d’être acheminées par des algorithmes, les ensembles de données rendus anonymes peuvent, en fait, parfois être désanonymisés. Une étude réalisée en 2015 a montré que quelques points de données (la date et le lieu d’un achat par carte de crédit) suffisaient à identifier 90 % des personnes parmi un million d’utilisateurs de cartes de crédit.

Des recherches plus récentes démontrent que les réseaux neuronaux profonds au cœur de nombreux systèmes d’IA stockent des données en mémoire et peuvent fournir des numéros de sécurité sociale, des numéros de carte de crédit et d’autres informations sensibles longtemps après que les entrées initiales ont été supprimées.

Selon Dawn Song, professeure d’informatique à l’Université de Californie, Berkeley et fondatrice d’Oasis Labs : « La simple anonymisation ne fonctionne pas ».

Cette révélation a déclenché une course aux solutions. La chaîne de blocs est à la fois la solution la plus récente et la plus prometteuse.

L’entreprise Enigma.co de Guy Zyskind, basée à San Francisco, et Oasis Labs de Dawn Song utilisent des contrats intelligents sur une chaîne de blocs en tant que passerelle sécurisée par laquelle les systèmes d’IA peuvent accéder aux données, assurant ainsi l’anonymat des propriétaires de données.

(Un contrat intelligent est une unité de code qui est exécutée par tous les nœuds d’un réseau de chaîne de blocs. Une fois vérifiée sur la chaîne de blocs, elle ne peut plus être modifiée. Cependant, les données sur les chaînes de blocs sont accessibles à quiconque possède un nœud. Ces nouvelles solutions cachent les données aux nœuds qui exécutent le code).

« Nous fournissons des cadres pour l’apprentissage automatique qui préserve les renseignements personnels dans le cadre de contrats intelligents », a déclaré Mme Song. Oasis Labs vient de publier la dernière version de sa plateforme, Oasis Devnet, qui fournit aux développeurs des outils pour construire, tester et déployer des contrats intelligents qui protègent la confidentialité des données tout en utilisant ces données.

Les investisseurs en ont pris note. Enigma.co a réuni 45 millions de dollars américains pour son projet de protection des renseignements personnels en deux cycles de financement. En juillet, Oasis Labs a également réuni 45 millions de dollars américains dans le cadre d’une prévente symbolique privée à de grands investisseurs du secteur des technologies, dirigée par le nouveau fonds crypto A16z d’Andreessen Horowitz.

« Nous pensons que nos efforts permettront de libérer d’énormes possibilités dans le domaine de l’apprentissage automatique et dans bien d’autres domaines », a déclaré M. Zyskind, qui a été le premier à décrire comment les technologies de la chaîne de blocs et de protection des renseignements personnels pourraient être combinées pour créer de nouveaux moyens de protéger les données. « Nous avons trouvé un moyen de rendre les chaînes de blocs vraiment utiles. »

Bien que le mariage prometteur de l’IA et de la chaîne de blocs n’en soit qu’à ses balbutiements, c’est exactement le genre de tendances que Investissements RPC suit de près. « En tant qu’investisseur à long terme, nous sommes bien placés pour tirer parti des grands thèmes émergents, car nous avons un horizon similaire en matière d’investissement », a déclaré Mark Machin, président et chef de la direction de Investissements RPC. « Notre travail consiste à comprendre non seulement les aspects passionnants des nouvelles technologies, mais aussi leurs implications, et pas seulement aujourd’hui, mais dans les décennies à venir. »

Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.