skip content
Loading indicator

Entrez le terme de recherche

Pourquoi Investissements RPC est conçu pour des périodes comme celle-ci

dpd 8202 2

Le 14 octobre 2022, John Graham président et chef de la direction d’Investissements RPC, s’est adressé à la Chambre de commerce du Canada lors de son assemblée générale annuelle. Vous en trouverez la transcription ci-dessous.

Seul le texte prononcé fait foi.

Stephen, merci pour cette aimable présentation.

Bonjour à tous. Je suis ravi d’être de retour à Ottawa, ma ville natale, et d’être en si bonne compagnie alors que nous nous penchons vers l’avenir de la réussite commerciale au Canada.

Maintenant, je dois dire qu’en ce moment, il est loin d’être simple de tracer une voie vers l’avenir et la réussite.

Lorsque j’y pense, j’ai commencé ma carrière en tant que chercheur plutôt qu’investisseur. À cette époque, je ne vous dirai pas il y a combien d’années, en tant que scientifique, les termes « volatilité » et « volatile » avaient une tout autre signification pour moi.

Cela m’a appris l’importance de traiter la volatilité avec soin, ainsi que le rôle de la planification et de la gestion du risque. Cela m’a aussi montré que lorsqu’on la gère bien, la volatilité peut entraîner des résultats novateurs.

Aujourd’hui, alors que nous cherchons à gérer la volatilité sur les marchés des placements, nous constatons que de nombreux facteurs entrent en jeu. La situation évolue de jour en jour, parfois d’heure en heure ou même de minute en minute, et cette volatilité a une incidence considérable sur l’économie mondiale.

À Investissements RPC, nous surveillons de très près les événements actuels, mais nous gardons toujours un œil fermement axé sur l’avenir.

En tant qu’investisseurs de la Caisse du RPC, le plus important fonds de capitaux du pays, Investissements RPC joue un rôle essentiel pour assurer la sécurité financière de 21 millions de travailleurs et de retraités au Canada. C’est pourquoi nous pensons à l’avenir et planifions pour l’avenir.

Voici mon message à vous tous :

Nous allons continuer à faire face à des difficultés économiques. Mais, comme toujours, ces difficultés susciteront de nouvelles occasions. En tant qu’investisseur patient de nature, Investissements RPC continuera de faire sa part pour assurer notre avenir et celui de nos enfants.

J’aborderai trois volets aujourd’hui :

D’abord, la conjoncture macroéconomique mondiale; ensuite, ce que nous observons en tant qu’investisseurs et, enfin, comment nous composons avec la volatilité.

Je vous présenterai ensuite une demande.

En tant que chefs de file du milieu des affaires canadien, vous représentez des millions d’employés et de ménages d’un océan à l’autre. Vous savez que la confiance est la pierre angulaire d’un commerce stable et dynamique.

Malheureusement, nous apprenons tous beaucoup de mauvaises nouvelles dernièrement.

Cela dit, en matière de retraites, le Canada possède une solide base. L’une des meilleures du monde. J’espère que vous repartirez avec un regain de confiance en ce qui concerne notre façon d’investir les fonds de la Caisse du RPC et dans les perspectives de retraite au Canada. Et finalement, que vous pourrez nous aider à transmettre cette histoire aux quatre coins de ce grand pays.

Parlons d’abord de l’économie mondiale.

L’année a été mouvementée. Compte tenu des importantes fluctuations des marchés, de l’intensification des tensions géopolitiques et de la persistance de l’inflation, le monde semble avoir changé de façon radicale depuis la période de la COVID-19. Vous avez déjà entendu les faits et les chiffres ou vous les connaissez, mais je vais en mentionner quelques-uns pour vous mettre en contexte.

L’an dernier, lorsque Tiff Macklem s’est adressé à ce groupe, il a déclaré qu’à près de 5 %, le taux d’inflation était trop élevé et qu’il était déjà bien au-delà de la cible de 2 % du Canada. Aujourd’hui, un an plus tard, l’inflation est à la fois plus forte et plus persistante.

En juin, l’inflation a atteint un sommet inégalé depuis 39 ans et la Banque du Canada ne prévoit pas son retour à sa cible de 2 % avant la fin de 2024. Pendant ce temps, également en juin, les États-Unis ont atteint un sommet inégalé depuis 40 ans avec une inflation de 9,1 %. En Europe, la situation n’est pas reluisante, car de nombreux pays dépendent encore du gaz russe.

Alors que différentes régions du monde tentent de s’attaquer à l’inflation, la plupart des banques centrales augmentent énergiquement leurs taux d’intérêt. Les monnaies fluctuent considérablement. La livre sterling se situe près du bas de la liste, car la valeur du dollar américain continue de grimper, ce qui déclenche des creux relatifs pour de nombreuses autres monnaies.

Les problèmes persistants de la chaîne d’approvisionnement et les tensions géopolitiques compliquent encore plus la situation. Tous les signes laissent entrevoir un ralentissement de la croissance mondiale et la possibilité d’une récession mondiale l’an prochain.

L’un des replis les plus spectaculaires est probablement survenu en Chine, où les confinements dus à la COVID-19 et les problèmes systémiques de l’économie ont entraîné une croissance plus faible que prévu.

Le deuxième volet est ce que nous observons en tant qu’investisseurs.

En tant qu’investisseurs, nous évaluons l’incidence de ces changements et de ces événements, ainsi que des forces qui les sous-tendent, et nous déterminons quels sont les risques et les occasions. Et il y en a plusieurs qui émergent. En voici quelques-uns.

La démondialisation est en cours.

Après des décennies de mondialisation, nous assistons à un important virage vers la démondialisation. Cette situation est en grande partie attribuable à certains des défis que j’ai mentionnés au début de mon intervention, de la fragilité des chaînes d’approvisionnement aux facteurs géopolitiques. L’une des principales tendances à venir est que les pays chercheront à harmoniser leur politique industrielle à leurs intérêts en matière de sécurité nationale.

Cela fait émerger des occasions de placement locales et terrestres dans certains secteurs, notamment ceux des semi-conducteurs, des technologies relatives aux batteries, de l’intelligence artificielle, des mégadonnées et des principes actifs.

Les nouvelles récentes concernant la loi américaine sur les puces et les restrictions visant les semi-conducteurs en sont un exemple. Dans la même veine, la crise énergétique en Europe s’avère un autre catalyseur de la transition énergétique. Soulignons qu’il s’agira d’une transition. Les combustibles comme le gaz naturel continueront à jouer un rôle important. À l’échelle mondiale, nous investissons massivement dans la transition vers un avenir sobre en carbone.

L’an dernier, à l’échelle mondiale, 755 milliards de dollars ont été investis dans la transition énergétique. Les États-Unis se sont classés au deuxième rang de ces investissements, après la Chine, qui a investi 114 milliards de dollars. L’Europe a suivi de près, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France ayant engagé un total de 154 milliards de dollars.

L’approche d’Investissements RPC en matière de durabilité et son engagement à atteindre zéro émission nette tiennent compte du rôle important que nous pouvons jouer pour aider les sociétés à planifier leur transition et les soutenir au cours de celle-ci.

Nous investissons dans des secteurs comme les méthodes de stockage stationnaire de l’énergie d’une société torontoise très intéressante appelée Hydrostar, et au Royaume-Uni, nous avons établi un partenariat stratégique avec Octopus Energy Group, qui offre des services relatifs aux énergies vertes abordables et axés sur le client. Ceux d’entre vous que cela pourrait intéresser peuvent consulter le rapport sur l’investissement durable que nous avons publié il y a deux semaines et qui se trouve sur notre site Web pour obtenir plus de renseignements.

Et la transition ne se limite pas à l’énergie. Il s’agit d’une transition économique complète.

Les dépenses liées au climat et les investissements dans les infrastructures devraient également continuer de croître, en particulier aux États-Unis, et ce en partie grâce à des programmes de dépenses fédéraux à long terme.

Nous surveillons également de près le marché de l’emploi et les dépenses de consommation, qui évoluent également dans notre monde d’après la COVID-19. Nous savons qu’il existe, au sein de ces grands thèmes, des occasions d’investir à des moments intéressants.

La volatilité des marchés offre des possibilités intéressantes aux investisseurs à long terme comme nous.

En tant qu’investisseurs actifs et patients, nous cherchons avant tout à repérer des occasions de placement offrant des possibilités de réussite dans ce contexte incertain. Car lorsque survient une correction du marché, et ce sera le cas, certaines sociétés suffisamment solides émergent du lot.

Ce que cette période de repli économique comporte de différent, c’est que beaucoup d’investisseurs disposent d’abondantes liquidités, ou de réserves de fonds pour effectuer des placements. D’une certaine façon, le capital est maintenant un produit de base. Et, comme toute autre entreprise exerçant ses activités dans des marchés concurrentiels, Investissements RPC travaille fort pour se démarquer.

Ce qui m’amène au troisième et dernier message que je veux vous transmettre aujourd’hui :

Investissements RPC est conçu pour des périodes comme celle-ci.

Nous avons été créés pour générer de la valeur à très long terme et faire preuve de résilience dans des conditions économiques et de marché très diverses. Nous ne sommes pas pour autant à l’abri de la volatilité des marchés, mais nous sommes bien placés pour affronter la tempête à long terme.

La clé est la gestion active et la diversification.

Nous diversifions nos avoirs entre différentes catégories d’actifs et différentes régions afin d’éviter une trop grande concentration du risque et bâtir un portefeuille plus solide et plus résilient. Nous investissons dans un large éventail de catégories d’actif, en nous attendant à ce que ces actifs évoluent différemment tout au long du cycle économique.

Voici un aperçu de notre rendement.

Au premier trimestre de l’exercice 2023, qui a pris fin le 30 juin de cette année, la Caisse a enregistré des rendements nets annualisés de 8,7 % sur 5 ans et de 10,3 % sur 10 ans. Au dernier trimestre, elle a enregistré un rendement négatif de 4,2 %, surpassant les indices mondiaux de premier plan qui ont, en moyenne, reculé de bien plus que 10 %.

Nous avons continué de surpasser le marché en obtenant, au cours des 10 dernières années, plus de 40 milliards de dollars de valeur ajoutée cumulative grâce à la gestion active. De plus, nous veillons constamment à respecter notre cible de risque à long terme et à demeurer sur le marché tout au long du cycle, en cherchant des occasions.

L’une des décisions de placement les plus importantes qu’un investisseur institutionnel peut prendre consiste à ne pas perdre de vue ses convictions à long terme lorsque les marchés boursiers font l’objet de ventes massives.

Cela signifie acheter des actions lorsqu’elles sont bradées.

Nous adoptons également une approche réfléchie à l’égard des structures de propriété que nous adoptons par l’intermédiaire de nos placements, en particulier dans des sociétés privées, ainsi que de notre approche en matière de gouvernance. Nous consacrons dès le départ beaucoup de temps à nos placements potentiels, ce qui nous permet d’être un partenaire actif et engagé tout au long de leur cycle de vie. Nous pouvons investir dans une société privée, conserver nos placements lors d’un premier appel public à l’épargne, et les conserver par la suite.

Non seulement cette approche nous permet-elle de maximiser la valeur pour la durée de nos placements, mais elle apporte aussi de la valeur à notre façon d’aborder leur liquidation.

Nous souffrons peut-être de l’humilité caractéristique des Canadiens, mais de façon générale, bon nombre d’entre eux ne savent pas qu’une société de placement mondiale très respectée travaille avec succès pour eux et pour leurs retraites.

Le fait de savoir qu’à l’échelle mondiale, Investissements RPC est considéré comme faisant partie des meilleurs investisseurs institutionnels devrait les rassurer.

Comme nous sommes l’un des investisseurs institutionnels les plus rentables du monde, nous faisons quelques manchettes… que ce soit dans The Economist, et je vais vous traduire le titre : « Un orignal que les autres pays cherchent à imiter au sein du marché », ou dans The Washington Post, qui nous a qualifiés de « caisse de retraite la plus populaire du monde », nous demeurons l’un des secrets les mieux gardés du pays.

En conclusion, je demeure modérément optimiste quant à l’avenir.

Oui, nous nous attendons à ce que notre parcours reste cahoteux, mais nous sommes optimistes et franchement confiants quant à la capacité d’Investissements RPC de composer avec la volatilité des marchés et d’ajouter de la valeur à ses placements dans l’intérêt des 21 millions de travailleurs et de retraités de tout le pays.

En tant qu’investisseurs, nous continuons de chercher les grands thèmes et les occasions qui se présentent, et je suis certain que bon nombre d’entre vous constatent des occasions semblables pour vos propres sociétés. Parallèlement, sachez qu’Investissements RPC est déterminé à continuer de procurer la valeur durable dont nous avons tous besoin pour assurer notre tranquillité d’esprit dans les décennies à venir.

Une fois de plus, j’espère que vous contribuerez à transmettre ce message aux personnes qui comptent sur vous pour les rassurer au sujet de l’avenir. Aujourd’hui, je suis reconnaissant envers les personnes comme vous qui se réunissent pour réfléchir, planifier et créer des sociétés prospères ainsi que pour donner de réelles occasions aux Canadiens. En fin de compte, ils renforcent le rôle que jouent les sociétés canadiennes dans le monde entier.

Merci.

*La Chambre de commerce du Canada contribue à l’essor des entreprises canadiennes en influençant les politiques gouvernementales, en fournissant des services commerciaux essentiels et en mettant les entreprises en contact avec des informations qu’elles peuvent utiliser, avec des opportunités de croissance et avec un réseau de chambres locales, d’entreprises, de décideurs et de pairs de tout le pays, dans tous les secteurs de l’économie et à tous les niveaux de gouvernement, ainsi qu’au niveau international. Vous pouvez en savoir plus ici.

About the Author

graham John 2016.original

John Graham

Président et chef de la direction

Le 14 octobre 2022, John Graham président et chef de la direction d'Investissements RPC, s'est adressé à la Chambre de commerce du Canada lors de son assemblée générale annuelle. Vous en trouverez la transcription ci-dessous. Seul le texte prononcé fait foi. Stephen, merci pour cette aimable présentation. Bonjour à tous. Je suis ravi d’être de retour à Ottawa, ma ville natale, et d’être en si bonne compagnie alors que nous nous penchons vers l’avenir de la réussite commerciale au Canada. Maintenant, je dois dire qu’en ce moment, il est loin d’être simple de tracer une voie vers l’avenir et la réussite. Lorsque j’y pense, j’ai commencé ma carrière en tant que chercheur plutôt qu’investisseur. À cette époque, je ne vous dirai pas il y a combien d’années, en tant que scientifique, les termes « volatilité » et « volatile » avaient une tout autre signification pour moi. Cela m’a appris l’importance de traiter la volatilité avec soin, ainsi que le rôle de la planification et de la gestion du risque. Cela m’a aussi montré que lorsqu’on la gère bien, la volatilité peut entraîner des résultats novateurs. Aujourd’hui, alors que nous cherchons à gérer la volatilité sur les marchés des placements, nous constatons que de nombreux facteurs entrent en jeu. La situation évolue de jour en jour, parfois d’heure en heure ou même de minute en minute, et cette volatilité a une incidence considérable sur l’économie mondiale. À Investissements RPC, nous surveillons de très près les événements actuels, mais nous gardons toujours un œil fermement axé sur l’avenir. En tant qu’investisseurs de la Caisse du RPC, le plus important fonds de capitaux du pays, Investissements RPC joue un rôle essentiel pour assurer la sécurité financière de 21 millions de travailleurs et de retraités au Canada. C’est pourquoi nous pensons à l’avenir et planifions pour l’avenir. Voici mon message à vous tous : Nous allons continuer à faire face à des difficultés économiques. Mais, comme toujours, ces difficultés susciteront de nouvelles occasions. En tant qu’investisseur patient de nature, Investissements RPC continuera de faire sa part pour assurer notre avenir et celui de nos enfants. J’aborderai trois volets aujourd’hui : D’abord, la conjoncture macroéconomique mondiale; ensuite, ce que nous observons en tant qu’investisseurs et, enfin, comment nous composons avec la volatilité. Je vous présenterai ensuite une demande. En tant que chefs de file du milieu des affaires canadien, vous représentez des millions d’employés et de ménages d’un océan à l’autre. Vous savez que la confiance est la pierre angulaire d’un commerce stable et dynamique. Malheureusement, nous apprenons tous beaucoup de mauvaises nouvelles dernièrement. Cela dit, en matière de retraites, le Canada possède une solide base. L’une des meilleures du monde. J’espère que vous repartirez avec un regain de confiance en ce qui concerne notre façon d’investir les fonds de la Caisse du RPC et dans les perspectives de retraite au Canada. Et finalement, que vous pourrez nous aider à transmettre cette histoire aux quatre coins de ce grand pays. Parlons d’abord de l’économie mondiale. L’année a été mouvementée. Compte tenu des importantes fluctuations des marchés, de l’intensification des tensions géopolitiques et de la persistance de l’inflation, le monde semble avoir changé de façon radicale depuis la période de la COVID-19. Vous avez déjà entendu les faits et les chiffres ou vous les connaissez, mais je vais en mentionner quelques-uns pour vous mettre en contexte. L’an dernier, lorsque Tiff Macklem s’est adressé à ce groupe, il a déclaré qu’à près de 5 %, le taux d’inflation était trop élevé et qu’il était déjà bien au-delà de la cible de 2 % du Canada. Aujourd’hui, un an plus tard, l’inflation est à la fois plus forte et plus persistante. En juin, l’inflation a atteint un sommet inégalé depuis 39 ans et la Banque du Canada ne prévoit pas son retour à sa cible de 2 % avant la fin de 2024. Pendant ce temps, également en juin, les États-Unis ont atteint un sommet inégalé depuis 40 ans avec une inflation de 9,1 %. En Europe, la situation n’est pas reluisante, car de nombreux pays dépendent encore du gaz russe. Alors que différentes régions du monde tentent de s’attaquer à l’inflation, la plupart des banques centrales augmentent énergiquement leurs taux d’intérêt. Les monnaies fluctuent considérablement. La livre sterling se situe près du bas de la liste, car la valeur du dollar américain continue de grimper, ce qui déclenche des creux relatifs pour de nombreuses autres monnaies. Les problèmes persistants de la chaîne d’approvisionnement et les tensions géopolitiques compliquent encore plus la situation. Tous les signes laissent entrevoir un ralentissement de la croissance mondiale et la possibilité d’une récession mondiale l’an prochain. L’un des replis les plus spectaculaires est probablement survenu en Chine, où les confinements dus à la COVID-19 et les problèmes systémiques de l’économie ont entraîné une croissance plus faible que prévu. Le deuxième volet est ce que nous observons en tant qu’investisseurs. En tant qu’investisseurs, nous évaluons l’incidence de ces changements et de ces événements, ainsi que des forces qui les sous-tendent, et nous déterminons quels sont les risques et les occasions. Et il y en a plusieurs qui émergent. En voici quelques-uns. La démondialisation est en cours. Après des décennies de mondialisation, nous assistons à un important virage vers la démondialisation. Cette situation est en grande partie attribuable à certains des défis que j’ai mentionnés au début de mon intervention, de la fragilité des chaînes d’approvisionnement aux facteurs géopolitiques. L’une des principales tendances à venir est que les pays chercheront à harmoniser leur politique industrielle à leurs intérêts en matière de sécurité nationale. Cela fait émerger des occasions de placement locales et terrestres dans certains secteurs, notamment ceux des semi-conducteurs, des technologies relatives aux batteries, de l’intelligence artificielle, des mégadonnées et des principes actifs. Les nouvelles récentes concernant la loi américaine sur les puces et les restrictions visant les semi-conducteurs en sont un exemple. Dans la même veine, la crise énergétique en Europe s’avère un autre catalyseur de la transition énergétique. Soulignons qu’il s’agira d’une transition. Les combustibles comme le gaz naturel continueront à jouer un rôle important. À l’échelle mondiale, nous investissons massivement dans la transition vers un avenir sobre en carbone. L’an dernier, à l’échelle mondiale, 755 milliards de dollars ont été investis dans la transition énergétique. Les États-Unis se sont classés au deuxième rang de ces investissements, après la Chine, qui a investi 114 milliards de dollars. L’Europe a suivi de près, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France ayant engagé un total de 154 milliards de dollars. L’approche d’Investissements RPC en matière de durabilité et son engagement à atteindre zéro émission nette tiennent compte du rôle important que nous pouvons jouer pour aider les sociétés à planifier leur transition et les soutenir au cours de celle-ci. Nous investissons dans des secteurs comme les méthodes de stockage stationnaire de l’énergie d’une société torontoise très intéressante appelée Hydrostar, et au Royaume-Uni, nous avons établi un partenariat stratégique avec Octopus Energy Group, qui offre des services relatifs aux énergies vertes abordables et axés sur le client. Ceux d’entre vous que cela pourrait intéresser peuvent consulter le rapport sur l’investissement durable que nous avons publié il y a deux semaines et qui se trouve sur notre site Web pour obtenir plus de renseignements. Et la transition ne se limite pas à l’énergie. Il s’agit d’une transition économique complète. Les dépenses liées au climat et les investissements dans les infrastructures devraient également continuer de croître, en particulier aux États-Unis, et ce en partie grâce à des programmes de dépenses fédéraux à long terme. Nous surveillons également de près le marché de l’emploi et les dépenses de consommation, qui évoluent également dans notre monde d’après la COVID-19. Nous savons qu’il existe, au sein de ces grands thèmes, des occasions d’investir à des moments intéressants. La volatilité des marchés offre des possibilités intéressantes aux investisseurs à long terme comme nous. En tant qu’investisseurs actifs et patients, nous cherchons avant tout à repérer des occasions de placement offrant des possibilités de réussite dans ce contexte incertain. Car lorsque survient une correction du marché, et ce sera le cas, certaines sociétés suffisamment solides émergent du lot. Ce que cette période de repli économique comporte de différent, c’est que beaucoup d’investisseurs disposent d’abondantes liquidités, ou de réserves de fonds pour effectuer des placements. D’une certaine façon, le capital est maintenant un produit de base. Et, comme toute autre entreprise exerçant ses activités dans des marchés concurrentiels, Investissements RPC travaille fort pour se démarquer. Ce qui m’amène au troisième et dernier message que je veux vous transmettre aujourd’hui : Investissements RPC est conçu pour des périodes comme celle-ci. Nous avons été créés pour générer de la valeur à très long terme et faire preuve de résilience dans des conditions économiques et de marché très diverses. Nous ne sommes pas pour autant à l’abri de la volatilité des marchés, mais nous sommes bien placés pour affronter la tempête à long terme. La clé est la gestion active et la diversification. Nous diversifions nos avoirs entre différentes catégories d’actifs et différentes régions afin d’éviter une trop grande concentration du risque et bâtir un portefeuille plus solide et plus résilient. Nous investissons dans un large éventail de catégories d’actif, en nous attendant à ce que ces actifs évoluent différemment tout au long du cycle économique. Voici un aperçu de notre rendement. Au premier trimestre de l’exercice 2023, qui a pris fin le 30 juin de cette année, la Caisse a enregistré des rendements nets annualisés de 8,7 % sur 5 ans et de 10,3 % sur 10 ans. Au dernier trimestre, elle a enregistré un rendement négatif de 4,2 %, surpassant les indices mondiaux de premier plan qui ont, en moyenne, reculé de bien plus que 10 %. Nous avons continué de surpasser le marché en obtenant, au cours des 10 dernières années, plus de 40 milliards de dollars de valeur ajoutée cumulative grâce à la gestion active. De plus, nous veillons constamment à respecter notre cible de risque à long terme et à demeurer sur le marché tout au long du cycle, en cherchant des occasions. L’une des décisions de placement les plus importantes qu’un investisseur institutionnel peut prendre consiste à ne pas perdre de vue ses convictions à long terme lorsque les marchés boursiers font l’objet de ventes massives. Cela signifie acheter des actions lorsqu’elles sont bradées. Nous adoptons également une approche réfléchie à l’égard des structures de propriété que nous adoptons par l’intermédiaire de nos placements, en particulier dans des sociétés privées, ainsi que de notre approche en matière de gouvernance. Nous consacrons dès le départ beaucoup de temps à nos placements potentiels, ce qui nous permet d’être un partenaire actif et engagé tout au long de leur cycle de vie. Nous pouvons investir dans une société privée, conserver nos placements lors d’un premier appel public à l’épargne, et les conserver par la suite. Non seulement cette approche nous permet-elle de maximiser la valeur pour la durée de nos placements, mais elle apporte aussi de la valeur à notre façon d’aborder leur liquidation. Nous souffrons peut-être de l’humilité caractéristique des Canadiens, mais de façon générale, bon nombre d’entre eux ne savent pas qu’une société de placement mondiale très respectée travaille avec succès pour eux et pour leurs retraites. Le fait de savoir qu’à l’échelle mondiale, Investissements RPC est considéré comme faisant partie des meilleurs investisseurs institutionnels devrait les rassurer. Comme nous sommes l’un des investisseurs institutionnels les plus rentables du monde, nous faisons quelques manchettes… que ce soit dans The Economist, et je vais vous traduire le titre : « Un orignal que les autres pays cherchent à imiter au sein du marché », ou dans The Washington Post, qui nous a qualifiés de « caisse de retraite la plus populaire du monde », nous demeurons l’un des secrets les mieux gardés du pays. En conclusion, je demeure modérément optimiste quant à l’avenir. Oui, nous nous attendons à ce que notre parcours reste cahoteux, mais nous sommes optimistes et franchement confiants quant à la capacité d’Investissements RPC de composer avec la volatilité des marchés et d’ajouter de la valeur à ses placements dans l’intérêt des 21 millions de travailleurs et de retraités de tout le pays. En tant qu’investisseurs, nous continuons de chercher les grands thèmes et les occasions qui se présentent, et je suis certain que bon nombre d’entre vous constatent des occasions semblables pour vos propres sociétés. Parallèlement, sachez qu’Investissements RPC est déterminé à continuer de procurer la valeur durable dont nous avons tous besoin pour assurer notre tranquillité d’esprit dans les décennies à venir. Une fois de plus, j’espère que vous contribuerez à transmettre ce message aux personnes qui comptent sur vous pour les rassurer au sujet de l’avenir. Aujourd’hui, je suis reconnaissant envers les personnes comme vous qui se réunissent pour réfléchir, planifier et créer des sociétés prospères ainsi que pour donner de réelles occasions aux Canadiens. En fin de compte, ils renforcent le rôle que jouent les sociétés canadiennes dans le monde entier. Merci. *La Chambre de commerce du Canada contribue à l'essor des entreprises canadiennes en influençant les politiques gouvernementales, en fournissant des services commerciaux essentiels et en mettant les entreprises en contact avec des informations qu'elles peuvent utiliser, avec des opportunités de croissance et avec un réseau de chambres locales, d'entreprises, de décideurs et de pairs de tout le pays, dans tous les secteurs de l'économie et à tous les niveaux de gouvernement, ainsi qu'au niveau international. Vous pouvez en savoir plus ici. About the Author John Graham Président et chef de la direction
Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.