skip content
Loading indicator

Entrez le terme de recherche

BEIJING, CHINE (20 février 2017) : L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (OIRPC)
a lancé aujourd’hui l’édition chinoise de Sauvegarder l’avenir « 
Fixing the Future: How
Canada’s Usually Fractious Governments Worked Together to Rescue the Canada
Pension Plan, (en anglais seulement) ».
Rédigé
par Bruce Little, l’ouvrage décrit comment le Canada a abordé, dans le milieu
des années 1990, la menace d’une impasse démographique et son incidence sur le
système de pensions du Canada. Aujourd’hui, la caisse du RPC s’élève à
300 milliards de dollars et on s’attend à ce qu’elle soit viable pour les 75 prochaines
années. L’OIRPC, le gestionnaire de la caisse, est un investisseur
institutionnel mondial de premier plan qui investit dans plus de 45 pays
par l’intermédiaire de huit bureaux partout dans le monde.

Au milieu des années 1990, le Régime de
pensions du Canada (RPC) était sous-capitalisé et son avenir était incertain.
Les experts prédisaient que les réserves de la caisse du RPC seraient
aujourd’hui épuisées et une vaste réforme était nécessaire et urgente afin
d’assurer la pérennité du RPC pour les générations futures de retraités
canadiens. Les ministres des Finances fédéral et provinciaux ont pris des
décisions difficiles et ont adopté une série de réformes relatives au RPC, dont
la création de l’OIRPC, qui ont mis un terme à la crise de financement.

« Nous sommes honorés de partager Sauvegarder l’avenir avec la Chine, l’histoire de la réforme du système de pensions du
Canada », a affirmé Mark Machin, président et chef de la direction de
l’OIRPC. « Le Canada a eu à composer avec nombre des enjeux qui guettent
la Chine en matière de réforme des pensions. Cette dernière étant bien amorcée
en Chine, nous espérons que certaines des leçons que nous avons apprises au
Canada pourront aider les décideurs chinois qui travaillent à renforcer le
régime de pensions pour les prochaines générations. »

Le 22 septembre 2016, lors de la
visite du premier ministre Li Keqiang au Canada, le chef de la direction de
l’OIRPC, Mark Machin, a signé un protocole d’entente avec Xu Shaoshi, président
de la Commission nationale du développement et de la réforme. Le protocole
stipule que l’OIRPC accepte d’aider les décideurs chinois à aborder les enjeux
liés au vieillissement de la population de la Chine. La traduction de l’ouvrage
Sauvegarder l’avenir en chinois témoigne de l’engagement de l’OIRPC.

« Cet ouvrage vise à inspirer les décideurs et le milieu
universitaire quant à la mise en œuvre de mécanismes concertés en matière de
politiques visant l’actuelle réforme des pensions en Chine. La situation
démographique et la gestion des régimes de pensions constituent des enjeux
importants pour l’avenir de la Chine et nous croyons que le modèle gagnant de
l’OIRPC peut établir des bases pour le milieu universitaire et les décideurs
chinois qui souhaitent bâtir un système de sécurité sociale durable », a
indiqué le professeur Zheng Bingwen, traducteur de l’ouvrage et directeur du
Center for International Social Security Studies de la Chinese Academy of
Social Sciences (CASS).

La nouvelle édition de Sauvegarder l’avenir comprend un
avant-propos signé par le très honorable Paul Martin, ancien premier ministre
du Canada et ministre fédéral des Finances qui a participé étroitement aux
réformes, et une postface de
l’expert reconnu en matière de régimes de pensions, Keith Ambachtsheer. La
version chinoise comprend aussi un avant-propos de M. Lou Jiwei, ancien
ministre des Finances de la Chine et aujourd’hui président du National Council
for Social Security Fund, qui souligne la pertinence de l’ouvrage pour les
lecteurs chinois.

La version traduite de l’ouvrage a été
lancée dans le cadre d’un événement tenu à Beijing, coanimé par l’OIRPC,
l’ambassade du Canada en Chine, le CASS Center for International Social
Security Studies, le China Human Resources and Social Security Publishing Group
et le China Council for the Promotion of International Trade.

À
propos de l’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada

L’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC)
est un organisme de gestion de placements professionnel qui place, pour le
compte de 19 millions de cotisants et de bénéficiaires canadiens, les
fonds dont le Régime de pensions du Canada (RPC) n’a pas besoin pour
verser les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier le
portefeuille du RPC, l’OIRPC investit dans des actions de sociétés cotées en
bourse et de sociétés fermées, des biens immobiliers, des infrastructures et
des titres à revenu fixe. L’OIRPC, dont la gouvernance et la gestion sont
distinctes de celles du RPC, n’a pas de lien de dépendance avec les
gouvernements. Il a son siège social à Toronto et compte des bureaux à
Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à Mumbai, à New York, à
São Paulo 
et à Sydney. Au 30 septembre 2016, la caisse du RPC s’élevait à
300,5 milliards de dollars canadiensPour
de plus amples renseignements sur l’OIRPC, vous pouvez consulter le www.oirpc.com ou nous suivre sur LinkedIn ou Twitter

BEIJING, CHINE (20 février 2017) : L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (OIRPC) a lancé aujourd’hui l’édition chinoise de Sauvegarder l’avenir « Fixing the Future: How Canada’s Usually Fractious Governments Worked Together to Rescue the Canada Pension Plan, (en anglais seulement) ». Rédigé par Bruce Little, l’ouvrage décrit comment le Canada a abordé, dans le milieu des années 1990, la menace d’une impasse démographique et son incidence sur le système de pensions du Canada. Aujourd’hui, la caisse du RPC s’élève à 300 milliards de dollars et on s’attend à ce qu’elle soit viable pour les 75 prochaines années. L’OIRPC, le gestionnaire de la caisse, est un investisseur institutionnel mondial de premier plan qui investit dans plus de 45 pays par l’intermédiaire de huit bureaux partout dans le monde.

Au milieu des années 1990, le Régime de pensions du Canada (RPC) était sous-capitalisé et son avenir était incertain. Les experts prédisaient que les réserves de la caisse du RPC seraient aujourd’hui épuisées et une vaste réforme était nécessaire et urgente afin d’assurer la pérennité du RPC pour les générations futures de retraités canadiens. Les ministres des Finances fédéral et provinciaux ont pris des décisions difficiles et ont adopté une série de réformes relatives au RPC, dont la création de l’OIRPC, qui ont mis un terme à la crise de financement.

« Nous sommes honorés de partager Sauvegarder l’avenir avec la Chine, l’histoire de la réforme du système de pensions du Canada », a affirmé Mark Machin, président et chef de la direction de l’OIRPC. « Le Canada a eu à composer avec nombre des enjeux qui guettent la Chine en matière de réforme des pensions. Cette dernière étant bien amorcée en Chine, nous espérons que certaines des leçons que nous avons apprises au Canada pourront aider les décideurs chinois qui travaillent à renforcer le régime de pensions pour les prochaines générations. »

Le 22 septembre 2016, lors de la visite du premier ministre Li Keqiang au Canada, le chef de la direction de l’OIRPC, Mark Machin, a signé un protocole d’entente avec Xu Shaoshi, président de la Commission nationale du développement et de la réforme. Le protocole stipule que l’OIRPC accepte d’aider les décideurs chinois à aborder les enjeux liés au vieillissement de la population de la Chine. La traduction de l’ouvrage Sauvegarder l’avenir en chinois témoigne de l’engagement de l’OIRPC.

« Cet ouvrage vise à inspirer les décideurs et le milieu universitaire quant à la mise en œuvre de mécanismes concertés en matière de politiques visant l’actuelle réforme des pensions en Chine. La situation démographique et la gestion des régimes de pensions constituent des enjeux importants pour l’avenir de la Chine et nous croyons que le modèle gagnant de l’OIRPC peut établir des bases pour le milieu universitaire et les décideurs chinois qui souhaitent bâtir un système de sécurité sociale durable », a indiqué le professeur Zheng Bingwen, traducteur de l’ouvrage et directeur du Center for International Social Security Studies de la Chinese Academy of Social Sciences (CASS).

La nouvelle édition de Sauvegarder l’avenir comprend un avant-propos signé par le très honorable Paul Martin, ancien premier ministre du Canada et ministre fédéral des Finances qui a participé étroitement aux réformes, et une postface de l’expert reconnu en matière de régimes de pensions, Keith Ambachtsheer. La version chinoise comprend aussi un avant-propos de M. Lou Jiwei, ancien ministre des Finances de la Chine et aujourd’hui président du National Council for Social Security Fund, qui souligne la pertinence de l’ouvrage pour les lecteurs chinois.

La version traduite de l’ouvrage a été lancée dans le cadre d’un événement tenu à Beijing, coanimé par l’OIRPC, l’ambassade du Canada en Chine, le CASS Center for International Social Security Studies, le China Human Resources and Social Security Publishing Group et le China Council for the Promotion of International Trade.

À propos de l’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada

L’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC) est un organisme de gestion de placements professionnel qui place, pour le compte de 19 millions de cotisants et de bénéficiaires canadiens, les fonds dont le Régime de pensions du Canada (RPC) n’a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier le portefeuille du RPC, l’OIRPC investit dans des actions de sociétés cotées en bourse et de sociétés fermées, des biens immobiliers, des infrastructures et des titres à revenu fixe. L’OIRPC, dont la gouvernance et la gestion sont distinctes de celles du RPC, n’a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Il a son siège social à Toronto et compte des bureaux à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à Mumbai, à New York, à São Paulo et à Sydney. Au 30 septembre 2016, la caisse du RPC s’élevait à 300,5 milliards de dollars canadiensPour de plus amples renseignements sur l’OIRPC, vous pouvez consulter le www.oirpc.com ou nous suivre sur LinkedIn ou Twitter

Contenu de l'article

Pour de plus amples renseignements:

CPPIB

Mei Mavin
Directrice, Communications d’entreprise
Téléphone : +1 646 564 4920
mmavin@cppib.com

Finsbury

Agnes Zhao
Directrice du bureau de Beijing
Téléphone : + 8610 5816 2688
Agnes.Zhao@Finsbury.com

Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.