En ce qui concerne la préférence pour la planification à long terme – et les pressions à court terme connexes que les cadres, les conseils d’administration, les investisseurs et les concurrents exercent –, les sociétés chinoises ont beaucoup de points communs avec les autres sociétés à l’échelle mondiale.


C’est la conclusion d’une étude pionnière de l’OIRPC, de Hillhouse Capital Group et de Caixin Global Intelligence & Caixin Media. Les chercheurs ont interrogé des représentants de plus de 180 sociétés chinoises cotées en bourse, publiques et privées, réparties dans 28 secteurs d’activité et dont la capitalisation boursière atteint globalement 2 410 milliards de dollars américains – environ le quart de la capitalisation boursière totale de la Chine. 


L’enquête a permis de découvrir que les sociétés chinoises accordent une importance considérable à la planification à long terme. Ainsi, seulement 18 % des sociétés chinoises interrogées ont déclaré qu’elles retarderaient un projet présentant une valeur à long terme, si celui-ci risquait de faire rater le bénéfice cible. Une recherche semblable sur les entreprises dans le monde a produit un chiffre sensiblement plus élevé – près de 50 %. 


« Les résultats de cette enquête révèlent que les entreprises chinoises ont des aspirations à long terme, mais que cette optique peut être influencée par diverses pressions liées aux résultats. Nous avons notamment découvert que les entreprises chinoises s’en tirent plutôt bien en ce qui a trait à la planification à long terme, contrairement aux marchés financiers, ce qui engendre un écart », a commenté Mark Machin, chef de la direction de l’OIRPC.  


chinese companies seek shift to longer-term strategies 

« L’adoption de comportements d’affaires à long terme nécessite une action concertée et coordonnée de tous les participants du marché. L’OIRPC est un investisseur à long terme en Chine, et nous sommes bien placés pour favoriser un environnement de marché axé sur le long terme qui profitera à nos partenaires, aux sociétés de notre portefeuille et, au bout du compte, à la caisse du RPC. Cette enquête constitue une première étape pour ce qui est d’inciter les investisseurs et les sociétés à s’unir en vue de promouvoir la création de valeur et la planification stratégique à long terme en Chine, ce qui encouragera le développement d’un plus large éventail de chefs de file mondiaux. »


En chiffres, les résultats de l’étude sont les suivants : 

 

  • 80 % des entreprises chinoises interrogées estiment qu’elles adoptent une perspective à long terme et possèdent des plans stratégiques pour créer de la valeur à long terme;
  • 70 % des entreprises indiquent que leurs plans stratégiques à long terme sont bien ou moyennement définis – elles ont établi des paramètres d’évaluation et des feuilles de route à moyen et à long terme et lient la rémunération à la création de valeur à long terme;
  • 89 % d’entre elles valorisent la stabilité de la direction. 


Bien que les sociétés chinoises soient confrontées à des pressions financières à court terme, d’une certaine façon, la source de ces pressions diffère. Selon elles, la pression provenant des analystes des maisons de courtage, des créanciers et des clients est faible. Par ailleurs, 72 % des sociétés interrogées déclarent que les équipes de direction constituent la première source de pression à court terme, suivies des conseils d’administration (62 %), des concurrents (50 %) et des investisseurs institutionnels (48 %). 


En outre, 51 % des cadres sondés affirment qu’ils sont évalués en fonction de leur rendement pendant le trimestre ou l’exercice en cours. 


La Chine est en train de passer d’une économie manufacturière à une économie reposant sur les services. Même si l’on s’attend à ce que cette évolution réduise la croissance économique, 91 % des entreprises interrogées soutiennent qu’elle encouragera l’adoption d’une perspective à long terme. Actuellement, 67 % des entreprises de la nouvelle économie déclarent qu’elles révisent leurs stratégies tous les trois ans ou moins; au contraire, seulement 52 % des entreprises de la vieille économie affirment modifier leur stratégie aussi fréquemment. 


Finalement, les auteurs de l’étude indiquent que la coordination entre les participants du marché jouera un grand rôle dans l’essor de la planification à long terme en Chine, en soulignant ce qui suit : 


  • Les investisseurs devraient s’engager activement auprès des entreprises pour les encourager à mettre l’accent sur la création de valeur à long terme plutôt que sur les résultats trimestriels et s’allier à ceux qui partagent leur point de vue afin se sensibiliser le public aux avantages d’une optique à long terme. En outre, on devrait restructurer les modalités des mandats conclus entre les propriétaires et les gestionnaires d’actifs de manière à fournir plus de primes d’encouragement axées sur le long terme.

  • Les entreprises doivent fixer des cibles à long terme et adopter des paramètres qui montrent aux intervenants comment la performance à long terme est suivie. L’évaluation des cadres supérieurs doit porter sur une période plus longue qu’un trimestre ou une année et lier la rémunération à la création de valeur à long terme ainsi qu’aux cibles stratégiques. Les entreprises devraient communiquer de manière proactive avec les investisseurs au sujet des objectifs à long terme afin de les aider à comprendre l’importance de ceux-ci pour assurer une croissance et une création de valeur durables.

En ce qui concerne la préférence pour la planification à long terme – et les pressions à court terme connexes que les cadres, les conseils d’administration, les investisseurs et les concurrents exercent –, les sociétés chinoises ont beaucoup de points communs avec les autres sociétés à l’échelle mondiale.


C’est la conclusion d’une étude pionnière de l’OIRPC, de Hillhouse Capital Group et de Caixin Global Intelligence & Caixin Media. Les chercheurs ont interrogé des représentants de plus de 180 sociétés chinoises cotées en bourse, publiques et privées, réparties dans 28 secteurs d’activité et dont la capitalisation boursière atteint globalement 2 410 milliards de dollars américains – environ le quart de la capitalisation boursière totale de la Chine. 


L’enquête a permis de découvrir que les sociétés chinoises accordent une importance considérable à la planification à long terme. Ainsi, seulement 18 % des sociétés chinoises interrogées ont déclaré qu’elles retarderaient un projet présentant une valeur à long terme, si celui-ci risquait de faire rater le bénéfice cible. Une recherche semblable sur les entreprises dans le monde a produit un chiffre sensiblement plus élevé – près de 50 %. 


« Les résultats de cette enquête révèlent que les entreprises chinoises ont des aspirations à long terme, mais que cette optique peut être influencée par diverses pressions liées aux résultats. Nous avons notamment découvert que les entreprises chinoises s’en tirent plutôt bien en ce qui a trait à la planification à long terme, contrairement aux marchés financiers, ce qui engendre un écart », a commenté Mark Machin, chef de la direction de l’OIRPC.  


chinese companies seek shift to longer-term strategies 


« L’adoption de comportements d’affaires à long terme nécessite une action concertée et coordonnée de tous les participants du marché. L’OIRPC est un investisseur à long terme en Chine, et nous sommes bien placés pour favoriser un environnement de marché axé sur le long terme qui profitera à nos partenaires, aux sociétés de notre portefeuille et, au bout du compte, à la caisse du RPC. Cette enquête constitue une première étape pour ce qui est d’inciter les investisseurs et les sociétés à s’unir en vue de promouvoir la création de valeur et la planification stratégique à long terme en Chine, ce qui encouragera le développement d’un plus large éventail de chefs de file mondiaux. »


En chiffres, les résultats de l’étude sont les suivants : 

 

  • 80 % des entreprises chinoises interrogées estiment qu’elles adoptent une perspective à long terme et possèdent des plans stratégiques pour créer de la valeur à long terme;
  • 70 % des entreprises indiquent que leurs plans stratégiques à long terme sont bien ou moyennement définis – elles ont établi des paramètres d’évaluation et des feuilles de route à moyen et à long terme et lient la rémunération à la création de valeur à long terme;
  • 89 % d’entre elles valorisent la stabilité de la direction. 


Bien que les sociétés chinoises soient confrontées à des pressions financières à court terme, d’une certaine façon, la source de ces pressions diffère. Selon elles, la pression provenant des analystes des maisons de courtage, des créanciers et des clients est faible. Par ailleurs, 72 % des sociétés interrogées déclarent que les équipes de direction constituent la première source de pression à court terme, suivies des conseils d’administration (62 %), des concurrents (50 %) et des investisseurs institutionnels (48 %). 


En outre, 51 % des cadres sondés affirment qu’ils sont évalués en fonction de leur rendement pendant le trimestre ou l’exercice en cours. 


La Chine est en train de passer d’une économie manufacturière à une économie reposant sur les services. Même si l’on s’attend à ce que cette évolution réduise la croissance économique, 91 % des entreprises interrogées soutiennent qu’elle encouragera l’adoption d’une perspective à long terme. Actuellement, 67 % des entreprises de la nouvelle économie déclarent qu’elles révisent leurs stratégies tous les trois ans ou moins; au contraire, seulement 52 % des entreprises de la vieille économie affirment modifier leur stratégie aussi fréquemment. 


Finalement, les auteurs de l’étude indiquent que la coordination entre les participants du marché jouera un grand rôle dans l’essor de la planification à long terme en Chine, en soulignant ce qui suit : 


  • Les investisseurs devraient s’engager activement auprès des entreprises pour les encourager à mettre l’accent sur la création de valeur à long terme plutôt que sur les résultats trimestriels et s’allier à ceux qui partagent leur point de vue afin se sensibiliser le public aux avantages d’une optique à long terme. En outre, on devrait restructurer les modalités des mandats conclus entre les propriétaires et les gestionnaires d’actifs de manière à fournir plus de primes d’encouragement axées sur le long terme.

  • Les entreprises doivent fixer des cibles à long terme et adopter des paramètres qui montrent aux intervenants comment la performance à long terme est suivie. L’évaluation des cadres supérieurs doit porter sur une période plus longue qu’un trimestre ou une année et lier la rémunération à la création de valeur à long terme ainsi qu’aux cibles stratégiques. Les entreprises devraient communiquer de manière proactive avec les investisseurs au sujet des objectifs à long terme afin de les aider à comprendre l’importance de ceux-ci pour assurer une croissance et une création de valeur durables.