L’OIRPC a tenu à la fin de juin sa quatrième réunion internationale du conseil d’administration en Amérique latine. L’OIRPC accorde une grande importance à cette région, car elle offre d’énormes possibilités de placement dans le cadre de sa nouvelle stratégie de croissance 2025 qui prévoit l’investissement du tiers de la caisse dans des marchés émergents. 

Le programme international du conseil d’administration permet aux membres de l’équipe de la haute direction et du conseil d’administration de l’OIRPC de parfaire leurs connaissances de chaque région et de mieux comprendre les possibilités et les défis qu’elle présente en matière de placement. En tenant la réunion de cette année au Brésil et au Chili, notre équipe de direction a pu recueillir des points de vue de première main et s’informer directement auprès de notre équipe au Brésil, d’experts régionaux et d’entreprises familiales qui cadrent avec notre horizon de placement à long terme. Tous les sujets ont été abordés lors des discussions, notamment la croissance de la classe moyenne, la privatisation et le grand nombre de sociétés comparables et de concurrents.

Animé par le directeur général et chef, Amérique latine, Rodolfo Spielmann, l’événement d’une durée d’une semaine a réuni les membres du conseil d’administration et de l’équipe de la haute direction de l’OIRPC ainsi que des conférenciers de marque. Lors d’un souper de bienvenue informel, M. Murillo de Aragão d’Arko Advice a présenté un portrait détaillé de la situation politique au Brésil aux membres du conseil d’administration et de l’équipe de la haute direction. De plus, la question de la propriété à long terme a été abordée au cours d’un dîner-causerie avec des investisseurs familiaux brésiliens : João Moreira Salles du bureau brésilien de gestion de patrimoine Cambuhy SA et Roberto Setubal, coprésident du conseil d’Itau Unibanco, premier conglomérat financier en importance en Amérique latine. Les invités ont aussi pu entendre Mme Lucia Santa Cruz, qui figure parmi les penseurs les plus brillants du Chili, faire part de son point de vue sur l’évolution de la dynamique de la société chilienne dans le cadre d’une conversation informelle.

La réunion du conseil d’administration a également permis aux membres de la direction de s’entretenir individuellement avec des partenaires engagés. Votorantim Group, partenaire au sein d’une coentreprise dans laquelle l’OIRPC a investi 272 millions de dollars canadiens pour acquérir deux parcs éoliens opérationnels, a présenté l’exposé de son chef de la direction João Miranda. Parmi les autres événements marquants, mentionnons les exposés d’Ambev et d’Aliansce ainsi que la visite de Grupo Costanera, le plus grand exploitant de routes urbaines à péage au Chili, dans lequel l’OIRPC a investi 1,14 milliard de dollars canadiens en 2012.

CPPIB LatAm

Par ailleurs, lors d’une réception, 86 invités, dont M. Stéphane Larue, consul général du Canada, ont eu le privilège de se joindre à Son Excellence Fernando Henrique Cardoso, ancien président du Brésil, pour une conversation informelle exclusive. L’entretien a porté sur l’évolution de la dynamique de la société brésilienne et de ses conséquences sur l’économie, la croissance et les perspectives de placement.

Le programme comportait un volet média avec la presse brésilienne locale. L’entrevue avec Mark Machin et Rodolfo Spielmann dans le principal journal d’affaires du Brésil, Valor, soulignait l’importance que l’OIRPC accorde aux infrastructures et à la privatisation en Amérique latine. Rodolfo Spielmann a assuré que les acquisitions s’inscriront dans la continuité des transactions régionales précédentes et qu’elles cibleront des sociétés brésiliennes stables en partenariat avec des exploitants. Mark Machin a expliqué que la taille accroît la stabilité d’une entreprise; c’est la raison pour laquelle l’OIRPC investit dans des entreprises d’un demi-milliard de dollars et utilise un horizon de placement à long terme pour réaliser des gains malgré la volatilité.

L’un des événements les plus importants de la réunion du conseil d’administration de 2018 a sans doute été l’annonce par l’OIRPC d’une participation cible de 175 millions de dollars canadiens pour acquérir un intérêt de 20 % dans la nouvelle entité Goodman Brazil Logistics Partnership. La transaction a non seulement tiré parti de la demande croissante dans le segment de la logistique de grande qualité, mais elle a également permis à l’OIRPC d’accroître ses investissements en Amérique latine qui s’élevaient jusque-là à 13,2 milliards de dollars.

La réunion du conseil d’administration de l’OIRPC en Amérique latine a eu lieu à un moment opportun : les membres de notre conseil d’administration ont acquis une connaissance approfondie des facteurs politiques et économiques en jeu à l’approche d’une période électorale marquée par l’indécision dans la région. Toutefois, une chose est sûre : l’OIRPC souhaite favoriser l’établissement de relations concrètes en Amérique latine afin d’atteindre son objectif stratégique d’investir jusqu’au tiers de la caisse dans les marchés émergents d’ici 2025.

L’OIRPC a tenu à la fin de juin sa quatrième réunion internationale du conseil d’administration en Amérique latine. L’OIRPC accorde une grande importance à cette région, car elle offre d’énormes possibilités de placement dans le cadre de sa nouvelle stratégie de croissance 2025 qui prévoit l’investissement du tiers de la caisse dans des marchés émergents. 

Le programme international du conseil d’administration permet aux membres de l’équipe de la haute direction et du conseil d’administration de l’OIRPC de parfaire leurs connaissances de chaque région et de mieux comprendre les possibilités et les défis qu’elle présente en matière de placement. En tenant la réunion de cette année au Brésil et au Chili, notre équipe de direction a pu recueillir des points de vue de première main et s’informer directement auprès de notre équipe au Brésil, d’experts régionaux et d’entreprises familiales qui cadrent avec notre horizon de placement à long terme. Tous les sujets ont été abordés lors des discussions, notamment la croissance de la classe moyenne, la privatisation et le grand nombre de sociétés comparables et de concurrents.

Animé par le directeur général et chef, Amérique latine, Rodolfo Spielmann, l’événement d’une durée d’une semaine a réuni les membres du conseil d’administration et de l’équipe de la haute direction de l’OIRPC ainsi que des conférenciers de marque. Lors d’un souper de bienvenue informel, M. Murillo de Aragão d’Arko Advice a présenté un portrait détaillé de la situation politique au Brésil aux membres du conseil d’administration et de l’équipe de la haute direction. De plus, la question de la propriété à long terme a été abordée au cours d’un dîner-causerie avec des investisseurs familiaux brésiliens : João Moreira Salles du bureau brésilien de gestion de patrimoine Cambuhy SA et Roberto Setubal, coprésident du conseil d’Itau Unibanco, premier conglomérat financier en importance en Amérique latine. Les invités ont aussi pu entendre Mme Lucia Santa Cruz, qui figure parmi les penseurs les plus brillants du Chili, faire part de son point de vue sur l’évolution de la dynamique de la société chilienne dans le cadre d’une conversation informelle.

La réunion du conseil d’administration a également permis aux membres de la direction de s’entretenir individuellement avec des partenaires engagés. Votorantim Group, partenaire au sein d’une coentreprise dans laquelle l’OIRPC a investi 272 millions de dollars canadiens pour acquérir deux parcs éoliens opérationnels, a présenté l’exposé de son chef de la direction João Miranda. Parmi les autres événements marquants, mentionnons les exposés d’Ambev et d’Aliansce ainsi que la visite de Grupo Costanera, le plus grand exploitant de routes urbaines à péage au Chili, dans lequel l’OIRPC a investi 1,14 milliard de dollars canadiens en 2012.

CPPIB LatAm

Par ailleurs, lors d’une réception, 86 invités, dont M. Stéphane Larue, consul général du Canada, ont eu le privilège de se joindre à Son Excellence Fernando Henrique Cardoso, ancien président du Brésil, pour une conversation informelle exclusive. L’entretien a porté sur l’évolution de la dynamique de la société brésilienne et de ses conséquences sur l’économie, la croissance et les perspectives de placement.

Le programme comportait un volet média avec la presse brésilienne locale. L’entrevue avec Mark Machin et Rodolfo Spielmann dans le principal journal d’affaires du Brésil, Valor, soulignait l’importance que l’OIRPC accorde aux infrastructures et à la privatisation en Amérique latine. Rodolfo Spielmann a assuré que les acquisitions s’inscriront dans la continuité des transactions régionales précédentes et qu’elles cibleront des sociétés brésiliennes stables en partenariat avec des exploitants. Mark Machin a expliqué que la taille accroît la stabilité d’une entreprise; c’est la raison pour laquelle l’OIRPC investit dans des entreprises d’un demi-milliard de dollars et utilise un horizon de placement à long terme pour réaliser des gains malgré la volatilité.

L’un des événements les plus importants de la réunion du conseil d’administration de 2018 a sans doute été l’annonce par l’OIRPC d’une participation cible de 175 millions de dollars canadiens pour acquérir un intérêt de 20 % dans la nouvelle entité Goodman Brazil Logistics Partnership. La transaction a non seulement tiré parti de la demande croissante dans le segment de la logistique de grande qualité, mais elle a également permis à l’OIRPC d’accroître ses investissements en Amérique latine qui s’élevaient jusque-là à 13,2 milliards de dollars.

La réunion du conseil d’administration de l’OIRPC en Amérique latine a eu lieu à un moment opportun : les membres de notre conseil d’administration ont acquis une connaissance approfondie des facteurs politiques et économiques en jeu à l’approche d’une période électorale marquée par l’indécision dans la région. Toutefois, une chose est sûre : l’OIRPC souhaite favoriser l’établissement de relations concrètes en Amérique latine afin d’atteindre son objectif stratégique d’investir jusqu’au tiers de la caisse dans les marchés émergents d’ici 2025.