skip content
Loading indicator

Entrez le terme de recherche

TORONTO, CANADA – 15 octobre 2018 – L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (OIRPC) rehausse l’accent mis sur le renforcement de la gouvernance d’entreprise, misant sur l’amélioration de la composition hommes-femmes des conseils d’administration des sociétés dans lesquelles il investit.

Dans son 11e rapport sur l’investissement durable, l’OIRPC souligne l’ajout par son équipe de l’investissement durable de l’efficacité des conseils d’administration comme cinquième secteur d’engagement cette année, au côté des changements climatiques, de l’eau, des droits de la personne et de la rémunération des cadres dirigeants. Ce changement aide l’OIRPC à mieux cerner et traiter les questions comme la diversité des genres qui constituent des moteurs de valeur clés pour les investisseurs à long terme.

Le rapport révèle qu’au cours de la saison 2017 des procurations, l’OIRPC a voté, lors d’assemblées des actionnaires de 45 sociétés canadiennes ne comptant pas de femmes au sein de leur conseil d’administration, en faveur de mesures visant à démontrer le souhait de l’organisation envers une plus grande diversité. Une année plus tard, près de la moitié de ces entreprises avaient nommé au moins une femme à titre d’administratrice.

« Il est essentiel pour les sociétés dans lesquelles nous investissons de composer des conseils d’administration qui reflètent la gamme complète des talents disponibles », a déclaré Mark Machin, président et chef de la direction de l’OIRPC. « Si les sociétés ne prennent pas les mesures nécessaires pour que leur conseil d’administration atteigne l’efficacité nécessaire dans le contexte actuel des affaires, il est de la responsabilité des investisseurs de donner un coup de pouce et, si nécessaire, un élan. »

L’OIRPC est d’avis que les sociétés dont le conseil d’administration est diversifié sont plus aptes à dégager des résultats financiers supérieurs. Des recherches menées par Credit Suisse et Catalyst Inc. ont révélé que les sociétés qui ont un taux de représentation des femmes plus élevé produisent de meilleurs rendements.

Le rehaussement de l’efficacité des conseils d’administration n’est qu’une des façons dont l’OIRPC traite des questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) qui sont au cœur de la valeur à long terme de la caisse du RPC. D’autres comprennent des interactions avec des sociétés à l’égard des pratiques ESG, la collaboration avec d’autres investisseurs et l’intégration des facteurs ESG dans les processus de prise de décision de placement.

Le rapport fait également état des travaux accomplis par l’OIRPC en vue d’accélérer sa compréhension et de prendre des mesures à l’égard des changements climatiques. Cela comprend l’élaboration d’une trousse à outils visant à aider les équipes de placement à mieux évaluer l’incidence des changements climatiques sur les placements existants et potentiels. Il comprend également les efforts historiques de l’OIRPC visant à encourager les sociétés à améliorer leurs pratiques de communication liées aux changements climatiques. Tous ces efforts ont pour objectif de bâtir une valeur à long terme.

« Nous nous proposons de jouer un rôle de premier plan parmi les propriétaires et les gestionnaires d’actifs dans la compréhension des risques et des occasions de placement liés aux changements climatiques », a affirmé M. Machin.

Autres faits saillants du rapport :

 

  • Énergies renouvelables : L’OIRPC a élargi son portefeuille composé d’actifs d’énergie renouvelable, lesquels, selon ses équipes chargées des placements, sont susceptibles de fournir des rendements corrigés du risque intéressants lorsqu’ils suivent une approche raisonnable et prudente.

 

 

  • Nouvelles obligations vertes : En 2018, l’OIRPC est devenu la première caisse de retraite au monde à émettre des obligations vertes, renforçant la capacité de l’organisation à investir dans des énergies renouvelables et constituant un emblème de son approche à l’égard des changements climatiques axée sur les investissements.

 

 

  • Groupe de travail du Conseil de stabilité financière chargé de l’information financière ayant trait au climat : L’OIRPC a démontré son soutien continu à l’égard du groupe de travail avec un rapport d’avancement sur la mise en œuvre de ses recommandations. Ce rapport comprenait la publication de l’empreinte carbone du portefeuille d’actions de sociétés ouvertes de l’OIRPC.

 

Pour obtenir des renseignements sur notre approche envers l’investissement durable ou pour lire le rapport de 2018 sur l’investissement durable, veuillez cliquer ici.

À propos de l’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada 

L’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC) est un organisme de gestion de placements professionnel qui place, dans l’intérêt supérieur de 20 millions de cotisants et de bénéficiaires canadiens, les fonds dont le Régime de pensions du Canada (RPC) n’a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier le portefeuille du RPC, l’OIRPC investit dans des actions de sociétés cotées en bourse et de sociétés fermées, des biens immobiliers, des infrastructures et des titres à revenu fixe. L’OIRPC, dont la gouvernance et la gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada, n’a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Il a son siège social à Toronto et compte des bureaux à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à Mumbai, à New York, à São Paulo et à Sydney. Au 30 juin 2018, la caisse du RPC totalisait 366,6 milliards de dollars. Pour de plus amples renseignements sur l’OIRPC, vous pouvez consulter le www.cppib.com/fr ou nous suivre sur LinkedIn, Facebook ou Twitter.

 

TORONTO, CANADA – 15 octobre 2018 – L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (OIRPC) rehausse l’accent mis sur le renforcement de la gouvernance d’entreprise, misant sur l’amélioration de la composition hommes-femmes des conseils d’administration des sociétés dans lesquelles il investit. Dans son 11e rapport sur l’investissement durable, l’OIRPC souligne l’ajout par son équipe de l’investissement durable de l’efficacité des conseils d’administration comme cinquième secteur d’engagement cette année, au côté des changements climatiques, de l’eau, des droits de la personne et de la rémunération des cadres dirigeants. Ce changement aide l’OIRPC à mieux cerner et traiter les questions comme la diversité des genres qui constituent des moteurs de valeur clés pour les investisseurs à long terme. Le rapport révèle qu’au cours de la saison 2017 des procurations, l’OIRPC a voté, lors d’assemblées des actionnaires de 45 sociétés canadiennes ne comptant pas de femmes au sein de leur conseil d’administration, en faveur de mesures visant à démontrer le souhait de l’organisation envers une plus grande diversité. Une année plus tard, près de la moitié de ces entreprises avaient nommé au moins une femme à titre d’administratrice. « Il est essentiel pour les sociétés dans lesquelles nous investissons de composer des conseils d’administration qui reflètent la gamme complète des talents disponibles », a déclaré Mark Machin, président et chef de la direction de l’OIRPC. « Si les sociétés ne prennent pas les mesures nécessaires pour que leur conseil d’administration atteigne l’efficacité nécessaire dans le contexte actuel des affaires, il est de la responsabilité des investisseurs de donner un coup de pouce et, si nécessaire, un élan. » L’OIRPC est d’avis que les sociétés dont le conseil d’administration est diversifié sont plus aptes à dégager des résultats financiers supérieurs. Des recherches menées par Credit Suisse et Catalyst Inc. ont révélé que les sociétés qui ont un taux de représentation des femmes plus élevé produisent de meilleurs rendements. Le rehaussement de l’efficacité des conseils d’administration n’est qu’une des façons dont l’OIRPC traite des questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) qui sont au cœur de la valeur à long terme de la caisse du RPC. D’autres comprennent des interactions avec des sociétés à l’égard des pratiques ESG, la collaboration avec d’autres investisseurs et l’intégration des facteurs ESG dans les processus de prise de décision de placement. Le rapport fait également état des travaux accomplis par l’OIRPC en vue d’accélérer sa compréhension et de prendre des mesures à l’égard des changements climatiques. Cela comprend l’élaboration d’une trousse à outils visant à aider les équipes de placement à mieux évaluer l’incidence des changements climatiques sur les placements existants et potentiels. Il comprend également les efforts historiques de l’OIRPC visant à encourager les sociétés à améliorer leurs pratiques de communication liées aux changements climatiques. Tous ces efforts ont pour objectif de bâtir une valeur à long terme. « Nous nous proposons de jouer un rôle de premier plan parmi les propriétaires et les gestionnaires d’actifs dans la compréhension des risques et des occasions de placement liés aux changements climatiques », a affirmé M. Machin. Autres faits saillants du rapport :  
  • Énergies renouvelables : L’OIRPC a élargi son portefeuille composé d’actifs d’énergie renouvelable, lesquels, selon ses équipes chargées des placements, sont susceptibles de fournir des rendements corrigés du risque intéressants lorsqu’ils suivent une approche raisonnable et prudente.
   
  • Nouvelles obligations vertes : En 2018, l’OIRPC est devenu la première caisse de retraite au monde à émettre des obligations vertes, renforçant la capacité de l’organisation à investir dans des énergies renouvelables et constituant un emblème de son approche à l’égard des changements climatiques axée sur les investissements.
   
  • Groupe de travail du Conseil de stabilité financière chargé de l’information financière ayant trait au climat : L’OIRPC a démontré son soutien continu à l’égard du groupe de travail avec un rapport d’avancement sur la mise en œuvre de ses recommandations. Ce rapport comprenait la publication de l’empreinte carbone du portefeuille d’actions de sociétés ouvertes de l’OIRPC.
  Pour obtenir des renseignements sur notre approche envers l’investissement durable ou pour lire le rapport de 2018 sur l’investissement durable, veuillez cliquer ici. À propos de l’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada  L’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC) est un organisme de gestion de placements professionnel qui place, dans l’intérêt supérieur de 20 millions de cotisants et de bénéficiaires canadiens, les fonds dont le Régime de pensions du Canada (RPC) n’a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier le portefeuille du RPC, l’OIRPC investit dans des actions de sociétés cotées en bourse et de sociétés fermées, des biens immobiliers, des infrastructures et des titres à revenu fixe. L’OIRPC, dont la gouvernance et la gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada, n’a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Il a son siège social à Toronto et compte des bureaux à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à Mumbai, à New York, à São Paulo et à Sydney. Au 30 juin 2018, la caisse du RPC totalisait 366,6 milliards de dollars. Pour de plus amples renseignements sur l’OIRPC, vous pouvez consulter le www.cppib.com/fr ou nous suivre sur LinkedIn, Facebook ou Twitter.  

Contenu de l'article

For Further Information:

 

CPPIB

Darryl Konynenbelt
Director, Global Media Relations
dkonynenbelt@cppib.com 
T: +1 416 972 8389

Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.