skip content
Loading indicator

Entrez le terme de recherche

Notre stratégie de placement

gettyimages 82634286 Edited 3

Notre Stratégie De Placement

Notre stratégie de placement vise à créer un portefeuille équilibré et diversifié à l’échelle mondiale qui optimisera le rendement à long terme en évitant les risques de perte indus.

Notre stratégie de placement vise à créer un portefeuille équilibré et diversifié à l’échelle mondiale qui optimisera le rendement à long terme en évitant les risques de perte indus.

Le portefeuille est structuré pour résister à diverses conditions de l’économie ou du marché. Il couvre toutes les grandes catégories d’actif, atténue les facteurs de risque importants et englobe plusieurs stratégies de placement distinctes.

Grâce à cette approche, nous sommes en mesure de trouver un juste équilibre entre le risque et le rendement tout en dégageant une plus-value au moyen de la gestion active. Notre objectif est d’obtenir des rendements durables à long terme dans l’intérêt des cotisants et des bénéficiaires du Régime de pensions du Canada (RPC).

Pour structurer le portefeuille, nous tâchons de :

  • maintenir une perspective à long terme;
  • prendre un niveau approprié de risque lié aux actions pour tirer parti de la croissance économique mondiale et d’autres sources de rendement;
  • choisir des stratégies de placement et des types d’actifs ayant des facteurs de risque et de rendement sous-jacents distincts;
  • éviter de dépendre de façon excessive du rendement provenant d’un pays, d’une devise ou d’une région;
  • investir de manière stratégique en fonction de l’évolution des conditions économiques et des marchés; et
  • mettre à profit les compétences spécialisées de spécialistes des placements chevronnés du monde entier.

Notre approche repose sur un cadre de placement conçu avec soin, une gestion active du portefeuille par nos gestionnaires de portefeuille qualifiés, internes et externes, ainsi qu’un portefeuille considéré dans sa globalité.

Nous employons un cadre de placement du portefeuille global diversifié sur le plan des expositions aux marchés financiers afin de soutenir le RPC. Nous générons également, au moyen de la gestion active, des rendements excédentaires supérieurs à ce qui pourrait être obtenu avec une stratégie passive.

Investissements RPC a adopté huit principes de placement fondamentaux qui lui permettent de s’orienter sur les marchés financiers mondiaux dans le cadre de la réalisation de son mandat. Ils apportent clarté et cohérence dans les décisions que nous prenons et nous aident à garder le cap en tant qu’investisseur à long terme. Vous trouverez plus de détails sur Nos principes de placement.

Notre portefeuille de référence, notre portefeuille stratégique, nos expositions cibles et notre portefeuille cible annuel constituent les piliers du cadre de placement global qui structure nos décisions de placement. Chacun de ces portefeuilles joue un rôle important et nous aide à :

  • créer et développer un portefeuille optimal d’actifs et de stratégies de placement en fonction d’un degré de risque cible global défini;
  • rééquilibrer continuellement les profils risque-rendement dans le portefeuille de placement réel selon un ensemble de paramètres définis.

Portefeuille de référence

Il est nécessaire d’assumer un niveau de risque de placement minimal pour que les rendements attendus à long terme soient suffisants pour soutenir le RPC. Nous commençons par définir notre tolérance au risque, à savoir le niveau de risque supérieur au minimum qui, selon nous, soutiendra le mieux le plan, en trouvant un juste équilibre entre rendements attendus plus élevés à long terme et volatilité accrue à court terme.

C’est dans notre portefeuille de référence (approuvé par le conseil) qu’est exprimé ce degré de risque cible. Le Portefeuille de référence est un portefeuille à deux indices diversifié à l’échelle mondiale composé de titres cotés en bourse qui pourrait être investi passivement, à faible coût. Ce portefeuille constitue également l’indice de référence que nous utilisons pour les rendements nets dans le portefeuille de placement réel. Le portefeuille de référence pour le RPC de base est composé à 85 % d’actions mondiales et à 15 % d’obligations d’État canadiennes. Pour le RPC supplémentaire, qui est plus sensible au manque de rendement des placements, le Portefeuille de référence est composé à 55 % d’actions mondiales et à 45 % d’obligations d’État canadiennes.

Nous examinons les portefeuilles de référence tous les trois ans, après la publication du rapport actuariel du Régime de pensions du Canada préparé par le Bureau de l’actuaire en chef.

Portefeuille stratégique

Le portefeuille stratégique représente notre plan en matière de diversification du portefeuille de placement pour au moins les cinq prochaines années. Nous constituons le portefeuille stratégique en optimisant les expositions sous-jacentes par rapport aux profils de risque-rendement à long terme du portefeuille. Il est composé de six catégories d’actif distinctes et trois régions qui devraient offrir, selon nous, une meilleure résilience lors des replis de marché et des rendements à long terme supérieurs à ceux du portefeuille de référence. Il assume le même risque absolu total que le portefeuille de référence.

Nous examinons et rajustons ce portefeuille tous les trois ans en même temps que le portefeuille de référence.

Expositions cibles

Les expositions cibles définissent la composition visée d’expositions aux facteurs de risque et de rendement et d’effet de levier du portefeuille de placement pour l’année en cours, ce qui oriente notre portefeuille actuel vers la composition à long terme que nous ciblons. Elles sont établies suivant des fourchettes de pondérations géographiques et de catégories d’actif validées par le conseil d’administration et sujettes à une obligation de liquidités suffisantes dans l’ensemble du portefeuille pour :

  • honorer tous les engagements d’Investissements RPC à mesure qu’ils arrivent à échéance;
  • permettre le rééquilibrage du portefeuille au besoin;
  • financer de nouveaux placements.

Étant donné que la pondération relative des catégories d’actif et le niveau de risque du portefeuille de placement réel varient chaque jour, les expositions cibles nous servent de référence pour rééquilibrer le portefeuille de placement afin de le ramener vers nos cibles géographiques et d’expositions factorielles, proche du degré de risque global visé.

Portefeuille cible annuel

Nous construisons le portefeuille total en deux volets : une combinaison de diverses stratégies gérées activement (le portefeuille actif) et un éventail de stratégies d’équilibrage et de financement (le portefeuille d’équilibrage). Pour générer de la valeur grâce à la sélection des titres, à la pondération et au renouvellement de placements individuels, nous affectons plus de la moitié de la caisse au portefeuille actif. Le reste est réparti au sein du portefeuille d’équilibrage, qui complète le portefeuille total en fonction de ses expositions et risques globaux ciblés. Le portefeuille cible annuel établit quant à lui les pondérations cibles de chaque stratégie de gestion active pour l’exercice en cours, ainsi que les indices de référence du marché public utilisés pour évaluer la valeur ajoutée nette obtenue par rapport à une solution de gestion passive représentative.

Notre stratégie de placement vise à créer un portefeuille équilibré et diversifié à l’échelle mondiale qui optimisera le rendement à long terme en évitant les risques de perte indus.

Notre rôle consiste à investir les fonds du Régime de pensions du Canada (RPC) de façon à pouvoir verser les prestations aux Canadiens pour de nombreuses générations à venir. Étant donné que nous n’avons pas besoin de vendre de placements pour nous acquitter de nos obligations et que nous avons une source de revenus fiable sous la forme de cotisations, nous pouvons adopter une perspective qui va au-delà des cycles économiques réguliers pour prendre nos décisions de placement. Notre capacité à voir au-delà du court terme – un de nos avantages comparatifs – signifie que nous pouvons profiter d’occasions de placement qui ne sont pas accessibles à d’autres investisseurs. Nous avons la possibilité de tirer parti de la dynamique à court terme des marchés et de détenir des actifs dont le gain prendra plus de temps à se concrétiser.

Accepter la volatilité

La viabilité de la caisse du RPC, à la différence de la plupart des régimes de retraite qui ont des obligations ou des besoins en matière de financement à court terme, est moins sensible à la volatilité des actifs et des rendements. Compte tenu de notre horizon à long terme et de notre certitude à l’égard des actifs, nous pouvons tolérer les variations à court terme de la valeur des placements, tout en faisant preuve de prudence, et faire fi des cycles des marchés.

L’avantage que procurent les rendements supérieurs à long terme l’emporte sur l’effet de la volatilité plus élevée à court terme. Nous pouvons donc agir comme des investisseurs flexibles et patients capables d’assumer un risque plus élevé à court terme et de tirer parti de la volatilité en saisissant les occasions qui se présentent lors des replis des marchés.

Assumer un risque

Il existe un rapport entre le risque et le rendement. Plus le risque qu’un investisseur est prêt à accepter est élevé, plus le rendement potentiel sera élevé, pourvu que le risque soit évalué correctement. Nous pouvons prendre un risque à court terme de manière prudente et rigoureuse – dans la composition de l’actif, nos stratégies et nos principaux placements – et ainsi accroître le rendement potentiel à long terme. En assumant un risque en contrepartie d’un rendement potentiel plus élevé, nous pouvons bâtir un portefeuille qui profitera au RPC, à ses participants et aux bénéficiaires à long terme.

Régime de pensions du Canada de base et supplémentaire

En 2016, les gouvernements fédéral et provinciaux ont élargi le RPC afin d’offrir de meilleures prestations et d’autres avantages aux cotisants. Les changements ont d’abord été appliqués aux cotisations effectuées en janvier 2019.

Cela permettra au RPC d’offrir une plus grande partie du revenu de retraite des cotisants. Le montant maximal des prestations de retraite annuelles du RPC pour une personne qui a cotisé pendant 40 ans au RPC augmentera, passant de 25 % à 33 % des gains ouvrant droit à pension.

Pour financer cette augmentation des prestations, les gouvernements ont augmenté les cotisations exigées sur les gains couverts par le RPC et la limite supérieure des revenus couverts. Ces augmentations sont échelonnées sur sept ans. En retour, le RPC pourra fournir une plus grande partie du revenu de retraite des cotisants.

La caisse du RPC comporte maintenant deux volets :

  • le RPC « de base », qui fait référence aux prestations et aux cotisations maintenues aux taux utilisés avant janvier 2019;
  • le RPC « supplémentaire », qui fait référence à des prestations et des cotisations supplémentaires qui ont pris effet en janvier 2019.

Cotisations et avantages supplémentaires

L’augmentation des cotisations au RPC supplémentaire provient de deux sources :

  • une augmentation du taux de cotisation sur les gains jusqu’au maximum des gains annuels ouvrant droit à pension (MGAP);
  • un nouveau taux de cotisation qui ne s’applique qu’aux revenus supplémentaires couverts.

D’ici 2025, le MGAP aura augmenté de 14 %, jusqu’à concurrence du maximum des gains annuels ouvrant droit à pension (MGAP), ce qui signifie qu’il y aura une limite plus élevée au niveau des revenus assujettis aux cotisations au RPC.

fr Increase In Maximum Benefits, Covered Earnings

fr Growth Of The Fund

Deux sources de croissance

Des comptes distincts sont maintenus pour le compte de base et le compte supplémentaire du RPC. Les deux comptes ont deux sources de croissance : les rentrées de fonds du RPC lorsque les cotisations dépassent les prestations et le revenu de placement net.

Le compte de base du RPC devrait croître, car le revenu de placement net devrait dépasser le paiement net annuel provenant de l’actif investi dans le RPC.

Pour le RPC supplémentaire, les cotisations devraient dépasser les prestations au moins jusqu’en 2057. Par conséquent, l’actif du compte supplémentaire du RPC augmentera beaucoup plus rapidement que celui du compte de base du RPC.

Dans le cas du RPC de base partiellement capitalisé, le pourcentage des revenus totaux correspondant au revenu de placement devrait croître lentement pour passer de 26 % en 2020 à 41 % en 2080. Toutefois, dans le cas du RPC supplémentaire entièrement capitalisé, le revenu de placement exprimé en pourcentage des revenus totaux augmentera de façon constante et se stabilisera à environ 70 % de ses revenus totaux d’ici 2080.

Le prochain examen actuariel sera effectué en 2022 et portera sur le statut du RPC de base et du RPC supplémentaire au 31 décembre 2021.

fr Projected Growth Of Base And Additional Cpp

Structure de placement à deux comptes et à deux fonds

Pour que le compte de base et le compte supplémentaire du RPC présentent des niveaux globaux de risque de marché différents, nous maintenons deux fonds de placement unitaires, chacun étant divisé en parts qui sont évaluées quotidiennement. Le compte de base et le compte supplémentaire du RPC investissent leurs portefeuilles de placements à long terme dans les parts suivantes :

  • Le portefeuille de placement de base du RPC est entièrement affecté au fonds de base. Il est largement diversifié par catégories d’actifs, régions et stratégies de gestion. Il est géré au niveau de risque approprié pour le RPC de base. De plus, une part importante des rentrées de fonds supplémentaires du RPC (de 60 % à 65 % au cours de l’exercice 2022) est affectée au fonds de base.
  • Afin de maintenir la cible de risque moindre du RPC supplémentaire, les actifs restants de son portefeuille de placement sont investis dans le fonds complémentaire à faible risque. À l’heure actuelle, ce fonds est entièrement composé de titres à revenu fixe. Lorsque le fonds complémentaire est combiné dans la bonne proportion avec la participation du RPC supplémentaire au fonds de base, le risque global obtenu et l’exposition sous-jacente au marché et aux devises conviennent au RPC supplémentaire.
  • Comme les rendements des fonds de base et des fonds supplémentaires différeront, les proportions des deux fonds détenus par le compte supplémentaire du RPC changeront au fil du temps. Nous rééquilibrons les proportions principalement en ajustant le montant des rentrées de fonds hebdomadaires du RPC supplémentaire dans chaque fonds.

La structure à deux fonds permet à Investissements RPC de répartir les occasions, les placements et les programmes d’investissement entre le compte de base et le compte supplémentaire du RPC de manière équitable, continue et efficiente. La structure respecte et rend possible le fait d’avoir des cibles de risque distinctes pour les portefeuilles de placement de base et supplémentaires du RPC. Elle permet également d’éviter les coûts et la complexité non négligeables associés à la gestion distincte de chaque compte.

fr Two Account, Two Pool Investment Structure

Répartition des coûts entre le RPC de base et le RPC supplémentaire

RPC Investissements répartit les coûts entre le RPC de base et le RPC supplémentaire en fonction de la proportion de leurs avoirs dans les deux blocs, s’assurant que les coûts sont partagés de manière équitable et uniforme. Pour obtenir plus d’information sur les coûts réels affectés à chaque compte au cours de l’exercice 2022, veuillez vous reporter à la note 18.4 des états financiers à la page 131.

Sources de rendement et de valeur ajoutée. Les prestations du RPC ne sont issues que de deux sources de revenus : les cotisations des participants et le rendement net des placements. Les rendements à long terme découlent des marchés dans lesquels nous investissons et de la valeur que nous créons grâce à nos décisions actives.

Tout d’abord, nous reconnaissons qu’il y a un niveau minimal de risque de marché à prendre pour produire des rendements attendus suffisants pour soutenir le RPC. Pour le RPC de base, ce niveau minimal de risque de marché est illustré par une combinaison de 50 % d’actions de sociétés ouvertes mondiales et de 50 % d’obligations du gouvernement du Canada. Pour le RPC supplémentaire, nous l’évaluons comme étant composé à 40 % d’actions mondiales cotées en bourse et à 60 % d’obligations du gouvernement du Canada.

fre Page 20@3x 80

Toutefois, nous sommes d’avis que le fait d’investir uniquement pour produire des rendements minimaux n’est pas conforme à notre mandat, qui consiste à maximiser les rendements tout en évitant les risques de pertes indus. Par conséquent, nous gérons activement la caisse et cherchons d’autres sources de rendements à valeur ajoutée.

Nous considérons la gestion active comme un éventail de décisions que nous pouvons prendre pour générer des rendements supplémentaires.

Tout d’abord, nous ciblons un niveau de risque de marché plus élevé, puis nous construisons un portefeuille largement diversifié sur plusieurs catégories d’actif, grâce à l’effet de levier. Il s’agit là pour nous de décisions de placement actives, puisque nos choix à l’égard des niveaux de risque du marché, de l’effet de levier et de la diversification des catégories d’actif ont tous une incidence majeure sur le rendement des placements de la caisse. De plus, une grande partie de nos experts en placement se consacre à la sélection active de placements individuels et à la gestion de la composition de leurs portefeuilles. La sélection des placements est une source incomparable d’occasions pour les investisseurs compétents et axés sur la valeur de générer des rendements supplémentaires, et offre la plus grande marge de manœuvre pour déployer nos avantages comparatifs.

Diversification et effet de levier

Nous détenons d’importants placements dans les principales catégories d’actif partout dans le monde, chacune ayant son propre profil risque-rendement. Notre portefeuille diversifié est investi dans les marchés publics (principalement les sociétés ouvertes et les obligations gouvernementales), les marchés privés (actions et titres de créance) et les actifs réels comme l’immobilier, les infrastructures et les énergies renouvelables. Le recours à l’effet de levier (emprunts par l’émission de titres de créance et utilisation de produits dérivés) augmente non seulement la taille de notre actif investi, mais permet également une diversification optimale au regard de notre cible de risque de marché.

Sélection des placements

Nos gestionnaires internes et externes ont recours à diverses stratégies d’achat, de pondération et de vente de placements individuels et cherchent à dégager une plus-value en périodes de hausse et de recul des marchés. Le résultat est le suivant :

  • Nous achetons des titres sous-évalués de sociétés ouvertes et vendons ceux qui sont surévalués.
  • Nous participons à certaines des plus importantes opérations et occasions de placement dans des sociétés privées dans le monde, par le biais de fonds, de co-investissements et de transactions directes.
  • Nous gérons le rythme de participation dans les placements privés (actions et titres de créance) au moyen d’une évaluation rigoureuse et d’une appréciation de la valeur relative, plutôt qu’en adoptant une perspective commerciale nous amenant à investir dans tel secteur ou telle stratégie.
  • Nous sommes en mesure d’ajuster nos décisions pour tenir compte des retombées, des risques et des occasions découlant des changements climatiques sur certaines sociétés et certains placements.
  • Nous agissons en tant que propriétaire engagé et actif de placements directs dans des actions, des biens immobiliers et des infrastructures ainsi que par l’intermédiaire de nos placements à long terme dans de nombreuses sociétés ouvertes afin de favoriser de meilleures pratiques opérationnelles, environnementales, sociales et de gouvernance.

Nous rajustons périodiquement notre portefeuille pour tenir compte des occasions du marché et des points de vue sur les placements à court et à moyen terme, dans l’optique de stimuler les rendements ou de préserver le capital.

Définition de cibles pour les stratégies actives et d’équilibrage

Nos portefeuilles de placement sont composés de portefeuilles d’équilibrage et à gestion active. Nous déployons des stratégies actives sur les marchés privés et publics à travers cinq services de placement : Marchés financiers et placements factoriels, Actions à gestion active, Placements en instruments de crédit, Actions de sociétés fermées et Placements en actifs réels.

Mis ensemble, ils composent notre portefeuille à gestion active, qui, conjugué aux actifs de nos portefeuilles d’équilibrage, forme notre éventail de cibles de placements diversifiés. Les stratégies du portefeuille d’équilibrage sont généralement investies dans des titres liquides cotés en bourse. Les portefeuilles d’équilibrage et à gestion active génèrent la diversification ciblée sur le plan des facteurs, des catégories d’actif, des régions, des devises et des secteurs pour chacun des portefeuilles de placement.

Nos stratégies actives cherchent à repérer des occasions permettant à nos spécialistes internes ou externes de produire des rendements supplémentaires à valeur ajoutée grâce à la sélection des placements. Chaque année, le chef des placements examine le mandat et le rendement de chaque stratégie de placement afin de mettre à jour la répartition du capital de la caisse.

Ce processus est guidé par nos revues annuelles du service de placement, qui évaluent toutes les stratégies à l’aune de plusieurs critères clés, y compris le rendement des placements, la valeur ajoutée, le profil de risque, la rentabilité, l’exposition effectivement générée et l’efficience du capital. Le chef des placements se fonde sur les conclusions de ces examens pour ajuster la pondération cible de chaque stratégie dans le contexte de la caisse. Cela se répercute ensuite dans le budget d’investissement et la trajectoire de croissance prévue de nos stratégies.

Notre stratégie de placement vise à créer un portefeuille équilibré et diversifié à l’échelle mondiale qui optimisera le rendement à long terme en évitant les risques de perte indus.

La diversification est le levier le plus puissant dont nous disposons pour assurer la robustesse à long terme de notre portefeuille, et constitue également notre principal outil de gestion du risque global. Nous diversifions le portefeuille de quatre façons :

  1. Diversification des actifs : Nous investissons dans toutes les grandes catégories d’actif, y compris dans les actions de sociétés ouvertes, les actions de sociétés fermées, les titres à revenu fixe, les titres de créance, l’immobilier et les infrastructures.
  2. Diversification des risques : Nous équilibrons et gérons l’exposition aux facteurs de risque et de rendement distincts qui sous-tendent les secteurs de placement et la gestion active.
  3. Diversification géographique : Nous investissons dans plus de 40 pays développés ou émergents de façon à ne pas concentrer indûment le portefeuille dans un seul marché, y compris le Canada dont l’économie et le marché financier sont relativement petits. Notre présence partout dans le monde, par l’intermédiaire de nos bureaux internationaux, nous permet d’assurer une meilleure diversification mondiale de nos placements et de mieux gérer les risques.
  4. Diversification stratégique : Notre portefeuille renferme une collection équilibrée de stratégies coordonnées qui, ensemble, forment un tout cohérent. Aborder les décisions de placement en tenant compte d’un large éventail de points de vue permet à la caisse de saisir des occasions provenant de diverses perspectives de placement. Nous favorisons une mentalité uniforme pour partager nos connaissances et nos points de vue à l’échelle de tous nos groupes ainsi que pour mettre à profit l’ensemble de nos actifs et de nos capacités collectives afin d’accéder aux meilleures occasions de placement partout dans le monde.

Chaque année, nous examinons notre répartition stratégique des principaux facteurs de risque de rendement et de l’effet de levier. Ces placements stratégiques sont conçus pour répondre aux objectifs à long terme de la caisse en ce qui concerne notre niveau cible de risque de marché.

Nous transposons nos placements stratégiques en pondérations de plusieurs catégories d’actif distinctes des secteurs public et privé. Ces portefeuilles stratégiques représentent une répartition indicative de l’actif dans cinq ans et plus. Ils reflètent également nos attentes à long terme en matière de répartition de l’actif dans trois régions géographiques : le Canada, les marchés développés hors Canada et les marchés émergents.

Le résultat se résume en un portefeuille largement diversifié, qui offre des rendements attendus plus élevés à notre niveau cible de risque de marché et une meilleure résilience lors des replis extrêmes.

Le recours à l’effet de levier nous permet également d’intégrer d’autres catégories d’actif dont les sources de revenus sont plus stables et croissantes, comme le crédit, l’immobilier, les infrastructures et d’autres actifs réels. Ces catégories comportent généralement un risque de marché et des rendements correspondants inférieurs à ceux des actions de sociétés ouvertes dans les portefeuilles de référence. Elles nous permettent également d’adopter une plus grande variété de stratégies à risque élevé et à rendement élevé, comme :

  • Le remplacement des répartitions dans des sociétés cotées en bourse par des répartitions privées;
  • La substitution des obligations d’État par des titres de créance à rendement élevé dans les secteurs des titres de créance publics et privés;
  • Le recours à la dette pour financer nos placements immobiliers et en infrastructures;
  • La participation accrue dans certains marchés émergents;
  • L’adoption de stratégies de placement de positions acheteur et vendeur qui ajoutent de la valeur grâce à la sélection des placements.

Notre point de vue sur les devises

La sélection de placements en devises représente un autre aspect de la diversification.

La variation des taux de change de nos placements en monnaies étrangères influe sensiblement sur le rendement des placements à court terme exprimé en dollars canadiens. Nous ne gérons pas ce risque au moyen d’une couverture de change pour quatre raisons :

  • La couverture des rendements des actions étrangères a tendance à accroître, plutôt qu’à réduire, la volatilité du rendement global pour un investisseur canadien à l’échelle mondiale. Le dollar canadien a tendance à se raffermir lorsque les marchés boursiers mondiaux grimpent, et à s’affaiblir lorsque ces derniers reculent. Cette situation s’attribue en partie au fait que le dollar canadien est une devise liée aux produits de base. Nous croyons que le dollar canadien continuera de se comporter de cette façon.
  • Lorsque le dollar canadien se raffermit par rapport à d’autres devises, dans la foulée d’une hausse des produits de base, en particulier le pétrole, il est probable que l’économie canadienne progresse aussi. Cela devrait mener ensuite à une hausse des bénéfices globaux pour les cotisants au RPC. Or, quand les bénéfices augmentent, les cotisations à la caisse en font autant. Par conséquent, ce phénomène constitue une couverture naturelle pour nous, et réduit le besoin d’une couverture de change explicite des placements étrangers de la caisse.
  • Le coût de couverture des devises est particulièrement élevé dans les marchés émergents. Toutefois, si ces pays continuent de connaître une amélioration de leur productivité et de leur croissance économique à mesure que leur économie arrive à maturité, leurs devises devraient avoir tendance à se raffermir au fil du temps. Un programme de couverture nuirait donc aux rendements à long terme.
  • Nous pouvons atténuer la volatilité des taux de change individuels en détenant un ensemble largement diversifié d’expositions aux devises à l’échelle mondiale.

Par conséquent, nous ne couvrons généralement pas l’exposition aux devises, mais nous pouvons le faire de façon sélective lorsque nous le jugeons approprié. À court terme, la décision de ne pas couvrir le risque de change peut influer sur les rendements de la caisse dans un sens ou dans l’autre. Au cours des années de raffermissement ou de dépréciation du dollar canadien, le rendement de la caisse peut différer considérablement de celui d’autres fonds qui adoptent une politique de couverture permanente.

Nous appelons notre processus décisionnel l’approche du portefeuille global. Il englobe nos activités de construction de portefeuille et de répartition, de déploiement et de gestion du capital.

Nous nous efforçons de gérer un éventail de risques, tout en maximisant les rendements de placement par le biais de plusieurs sources :

  • l’appétence pour le risque du marché;
  • la diversification et l’effet de levier;
  • la sélection des placements; et
  • le positionnement tactique.

Étapes du cadre de placement du portefeuille global

fre Page 38@3x 80

Appétence pour le risque de marché

La stratégie de placement de tout portefeuille repose sur une appétence prudente et appropriée pour le risque de marché. À la suite de chaque examen triennal effectué par le Bureau de l’actuaire en chef (BAC), Investissements RPC utilise les informations du Rapport actuariel du BAC et nos propres prévisions de rendement pour estimer le niveau minimal de risque de marché que la caisse doit prendre pour maintenir la viabilité à long terme du RPC de base et du RPC supplémentaire.

Pour le RPC de base, ce niveau minimal de risque de marché est illustré par un portefeuille comprenant environ 50 % d’actions de sociétés ouvertes mondiales et 50 % d’obligations du gouvernement canadien. Pour le RPC supplémentaire, nous estimons qu’il est composé à 40 % d’actions mondiales cotées en bourse et à 60 % d’obligations du gouvernement du Canada.

Toutefois, nous sommes parfaitement conscients que ces rendements minimaux ne seront pas suffisants pour nous permettre de remplir pleinement notre mandat, en particulier maximiser les rendements tout en évitant les risques de pertes indus. Nous gérons activement la caisse et cherchons d’autres sources de rendement, notamment en ciblant un niveau de risque de marché plus élevé.

Diversification et effet de levier

La diversification est un moyen reconnu d’atténuer l’incidence des replis du marché et d’améliorer les rendements à long terme, sans pour autant augmenter le risque de marché que nous assumons. Grâce à l’effet de levier, nous sommes en mesure de construire un portefeuille largement diversifié parmi les principales catégories d’actif et leurs facteurs de rendement et de risque sous-jacents à notre niveau de risque cible du marché. Cela nous permet d’obtenir des rendements plus réguliers et plus résilients tout au long des cycles de marché, comparativement à un portefeuille qui est uniquement exposé aux actions mondiales et aux obligations du gouvernement du Canada.

Apprenez-en plus sur notre approche de diversification.

Sélection des placements

La sélection des placements fait référence au mode d’accès, à la sélection, à la pondération, à l’achat, au rééquilibrage et à la vente de titres individuels au sein d’une stratégie donnée.

Pour surpasser un indice boursier au moyen d’une sélection active des placements, il faut à la fois couvrir les coûts et obtenir de meilleurs rendements que l’indice. Plus les marchés gagnent en maturité, plus ils deviennent efficaces et difficiles à surpasser. Au cours d’une période donnée, il y aura à la fois des gestionnaires actifs gagnants et perdants sur un marché, avec des écarts de rendements conséquents. C’est pourquoi une sélection de placements réussie nécessite l’emploi de professionnels qualifiés.

Plusieurs de nos avantages comparatifs augmentent la probabilité à long terme de succès de la sélection des placements. Nous examinons régulièrement le rendement sous-jacent de toutes les stratégies. Nous évaluons chacune d’entre elles afin de nous assurer qu’elles continuent d’offrir des rendements à valeur ajoutée importants et supérieurs à ceux d’une solution passive basique à faible coût, et qu’elles demeurent avantageuses compte tenu des risques supplémentaires qui y sont associés, y compris le risque d’afficher un rendement inférieur à celui de la solution passive. Si notre opinion change, nous ajustons ou restreignons les stratégies concernées.

Tout en cherchant à atteindre des expositions cibles au fil du temps, nos groupes de placement actifs n’effectueront un placement que s’il existe des probabilités suffisantes d’obtenir un rendement ajusté en fonction des risques satisfaisant. Nous n’effectuons jamais de placement actif simplement pour combler une lacune dans une catégorie d’actif, une exposition, un secteur ou une région en particulier. Pour cela, nous employons plutôt nos stratégies d’équilibrage, qui sont très évolutives et peuvent être gérées à moindre coût.

Le processus d’équilibrage vise à maintenir en tout temps les expositions globales suffisamment proches de leurs cibles. Chaque jour, le processus commence par une agrégation quotidienne des expositions en constante évolution de la caisse aux risques, facteurs, devises, régions et secteurs. Lorsque nos expositions totales sont trop écartées des cibles prévues ou que notre risque de marché global varie indûment par rapport à sa cible, nous exécutons des opérations dans le portefeuille d’équilibrage afin de les ramener à un niveau conforme.

Positionnement tactique

Le positionnement tactique correspond à un changement délibéré, significatif, mais temporaire de la répartition de l’actif ou des expositions par rapport aux cibles établies pour le portefeuille. Nous pouvons amorcer des positions tactiques en exploitant les écarts entre les cours boursiers actuels et les valeurs fondamentales à long terme.

Cette méthode peut être employée pour obtenir des rendements supplémentaires, pour protéger les actifs contre des pertes potentielles ou pour préserver la liquidité dans des conditions de marché tendues. Elle peut être appliquée au niveau du portefeuille global ou au sein d’une catégorie d’actif ou d’une stratégie particulière. Nous ne cherchons pas à anticiper les marchés à court terme. Toutefois, nous examinons les configurations et les perspectives des marchés et nous disposons d’un groupe de spécialistes qui se consacre à l’analyse des conditions, des risques et des occasions à court et à moyen terme.

La stratégie fiscale de Investissements RPC est en accord avec son mandat et avec le statut de régime de retraite national du Canada du RPC. C’est un des éléments que nous prenons en compte dans le cadre de notre processus de placement. Notre stratégie fiscale doit être considérée dans le contexte du mode d’imposition des revenus que le RPC procure à ses 21 millions de cotisants et de bénéficiaires canadiens.

Investissements RPC est un organisme de placement mondial qui vise à assurer la pérennité du Régime de pensions du Canada (RPC) pour les générations à venir. Pour ce faire, nous plaçons les fonds du RPC pour le compte de ses 21 millions de cotisants et de bénéficiaires. Le mandat qui oriente nos activités consiste à chercher à maximiser le taux de rendement tout en évitant les risques de perte indus et en tenant compte des facteurs susceptibles d’avoir une incidence sur la capitalisation du RPC. Notre stratégie de placement vise à mettre à profit nos avantages comparatifs tout en nous assurant de demeurer fidèle à notre engagement à l’égard des pratiques d’investissement responsable.

Notre stratégie de placement est structurée de manière à être résiliente face aux conditions économiques et aux conditions de marché très variées. Elle couvre toutes les grandes catégories d’actif, surveille les facteurs de risque importants et englobe plusieurs stratégies de placement distinctes.

Grâce à cette approche, nous sommes en mesure de trouver un juste équilibre entre le risque et le rendement tout en dégageant une plus-value additionnelle au moyen de la gestion active. Notre objectif consiste à produire un rendement durable à long terme pour les Canadiens.

En sa qualité d’investisseur mondial à long terme, Investissements RPC estime que les régimes fiscaux stables et prévisibles sont avantageux. Investissements RPC, qui a soutenu activement l’ Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans le cadre du projet sur l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices, comprend la nécessité pour les gouvernements de s’attaquer aux pratiques fiscales inappropriées. Nous collaborons et contribuons de façon constructive aux consultations publiques menées par les autorités fiscales et les décideurs pour bien faire comprendre notre point de vue, conformément à notre mandat consistant à maximiser le rendement tout en évitant les risques de perte indus.

Stratégie fiscale

La stratégie fiscale de l’OIRPC est en accord avec son mandat et avec le statut de régime de retraite national du Canada du RPC. C’est un des éléments que nous prenons en compte dans le cadre de notre processus de placement. Notre stratégie fiscale doit être considérée dans le contexte du mode d’imposition des revenus que le RPC procure à ses 21 millions de cotisants et de bénéficiaires canadiens.

Aux fins d’une solide politique publique, les revenus gagnés par Investissements RPC et ses filiales sont exonérés d’impôt au Canada. Les revenus de placement peuvent ainsi croître en franchise d’impôt au Canada durant la période de placement, puis les prestations de retraite des bénéficiaires du RPC sont imposées selon le taux d’imposition de ces derniers à ce moment. Il s’agit d’un traitement comparable à celui accordé aux régimes enregistrés d’épargne-retraite canadiens.

Afin d’élaborer un portefeuille de placements bien diversifié, nous investissons dans un large éventail de catégories d’actif à l’échelle mondiale; en fait, près de 85 % de notre actif est investi à l’extérieur du Canada. Par conséquent, Investissements RPC est assujetti aux lois fiscales des pays dans lesquels il fait des placements. Nous respectons nos obligations fiscales partout dans le monde et payons l’impôt exigible sur les revenus gagnés dans ces pays. Divers types d’impôt sont aussi payés par les sociétés dont les titres composent notre portefeuille de placement, selon les règles fiscales qui s’appliquent dans les territoires où ces sociétés exercent leurs activités commerciales.

Pour éviter que nos 21 millions de cotisants et de bénéficiaires canadiens paient deux fois l’impôt sur les revenus gagnés par Investissements RPC, nous avons recours à des structures de placement judicieuses et prudentes conçues pour maximiser les rendements de placement après impôt offerts aux cotisants et bénéficiaires du RPC.

Gestion du risque et gouvernance

La mise en place de structures et de processus prudents et appropriés de gestion du risque représente la pierre angulaire de notre mandat et de la stratégie de placement qui en découle, notamment la prise en compte des risques en matière fiscale dans notre processus de placement.

Le conseil d’administration de Investissements RPC supervise la gestion du risque, y compris les risques en matière fiscale. À cette fin, le Conseil, par l’entremise de ses différents comités et processus, passe en revue les systèmes et mécanismes de contrôle interne conçus pour s’attaquer aux principaux risques, y compris le risque en matière fiscale.

En ce qui concerne la direction, le chef des finances et de la gestion des risques de l’OIRPC est responsable de la stratégie fiscale de l’Office. La gestion quotidienne des risques en matière fiscale incombe au chef des services fiscaux, qui présente périodiquement un rapport au comité de vérification.

Comme pour toute autre sorte de risque, nous cherchons à réduire le risque en matière fiscale à un niveau acceptable compte tenu de notre mandat de placement et en adhérant aux contrôles et procédures intégrés dans nos politiques internes. Investissements RPC tient compte des risques suivants en matière fiscale :

  • Le risque technique – Le risque qu’une autorité fiscale conteste avec succès notre position fiscale, en tout ou en partie, en raison d’incertitudes en vertu des lois et règles fiscales pertinentes.
  • Le risque opérationnel – Le risque que certaines activités et certaines transactions ne se déroulent pas comme prévu, et que les répercussions fiscales soient différentes de celles que nous avions prévues.
  • Le risque réglementaire (lié à la modification de la loi) – Le risque que le coût fiscal prévu change avec le temps en raison de la modification des lois fiscales.

Pour chacun des risques en matière fiscale, nous avons mis en place des contrôles et des procédures afin d’atténuer les répercussions possibles sur la situation financière et la réputation, y compris en ce qui concerne le moment et la manière dont ces risques sont signalés aux autorités concernées au sein de l’Office.

Le chef des services fiscaux bénéficie du soutien de notre équipe interne de spécialistes en fiscalité évoluant dans nos différents bureaux partout dans le monde. L’équipe est composée de professionnels dûment qualifiés et expérimentés auxquels sont confiées des responsabilités précises en matière fiscale. Ils mettent à profit leur expérience et leur jugement pour évaluer le risque en matière fiscale, en collaboration avec nos services de placement et nos services internes pour gérer les risques liés à nos placements. En complément de notre savoir-faire à l’interne, nous recourons aux services de conseillers fiscaux locaux pour bien comprendre nos obligations et les risques associés en matière fiscale dans un territoire donné.

Compte tenu de la complexité des lois fiscales à l’échelle mondiale, nous recherchons des conseils professionnels pour nous aider à évaluer et à gérer le risque en matière fiscale pour soutenir notre situation fiscale. Nous n’accordons aucun crédit au faible risque de détection des positions prises. Lorsque nous sommes confrontés à des domaines du droit fiscal qui ne sont pas clairs, nous cherchons à adopter une approche conforme aux politiques gouvernementales bien établies ainsi qu’aux pratiques du marché et à obtenir au besoin l’approbation des autorités fiscales concernées.

Le contexte fiscal mondial est en constante évolution. L’équipe interne des services fiscaux de Investissements RPC, forte de l’appui de conseillers fiscaux locaux, au besoin, surveille constamment les modifications apportées aux lois fiscales pour bien en comprendre les répercussions potentielles et pour continuer à se conformer aux lois fiscales partout dans le monde. Lorsque nous intervenons auprès des autorités fiscales à l’échelle mondiale, nous faisons preuve de transparence et divulguons aux autorités fiscales les faits pertinents en ce qui concerne nos placements et nos activités.

Le contenu de cette page Web est considéré comme étant conforme à l’obligation prévue par l’annexe 19 de la loi de finances du Royaume-Uni de 2016 pour 2017 au nom de toutes les entités concernées au sein du groupe de Investissements RPC pour l’exercice allant du 1er avril 2021 au 31 mars 2022. 

Dans des circonstances appropriées, nous utilisons les droits de nomination au conseil pour préserver et accroître de façon responsable la valeur à long terme de nos placements.

Investissements RPC négocie régulièrement les droits de gouvernance concernant ses placements. Cela comprend le droit de nommer des administrateurs aux conseils d’administration de ces placements (appelés « sociétés en portefeuille ») et les questions relatives aux réserves des actionnaires. Même si Investissements RPC ne prend pas de décisions de gestion et n’agit pas à titre de gestionnaire pour ses sociétés en portefeuille, elle a recours à ces droits de gouvernance pour permettre un engagement constructif avec les équipes de gestion ainsi que pour les superviser et leur offrir un soutien. Ces droits de gouvernance sont essentiels pour créer et préserver la valeur à long terme de nos placements.

Lorsque Investissements RPC négocie les droits de nomination du conseil d’administration, il adopte une approche exhaustive et réfléchie à l’égard de la nomination des administrateurs internes (employés d’Investissements RPC) et des administrateurs externes (ou administrateurs indépendants), pour s’assurer que chaque administrateur est choisi en fonction de compétences, d’expériences et de qualités qui ajoutent de la valeur au conseil et aux sociétés en portefeuille. L’approche tient également compte des pratiques exemplaires en matière de gouvernance sur une base continue, notamment au moyen d’une formation et d’un engagement poussés, d’une compréhension claire des tâches des administrateurs et d’un suivi.

Nomination des administrateurs aux conseils d’administration des sociétés en portefeuille

Dans des circonstances appropriées, nous utilisons les droits de nomination au conseil pour préserver et accroître de façon responsable la valeur à long terme de nos placements. Dans tous les cas où nous avons des droits de nomination, Investissements RPC nomme des administrateurs, internes ou externes, qui répondent aux exigences requises pour siéger au conseil. Nous croyons que les administrateurs indépendants peuvent améliorer le niveau et la diversité de l’expérience au sein du conseil d’administration de nos sociétés en portefeuille.

Investissements RPC suit un processus rigoureux en ce qui a trait à la nomination des administrateurs. Ce processus comprend notamment les éléments suivants :

  • Approche rigoureuse et fondée sur la matrice des compétences pour la sélection des administrateurs. Chaque administrateur, interne et externe, est choisi en fonction de compétences, d’expériences variées et de qualités qui contribuent aux questions et aux défis stratégiques les plus importants auxquels la société en portefeuille peut être confrontée. Nous cherchons également à nous assurer que les administrateurs potentiels disposent du temps nécessaire à consacrer à leur rôle, compte tenu de l’importante charge de travail qu’exige une telle fonction.
  • Nous faisons généralement appel à des agences de recherche externes pour trouver des candidats potentiels afin qu’Investissements RPC soit en mesure de nommer des administrateurs externes hautement qualifiés.
  • Toutes les nominations exigent l’approbation de la haute direction d’Investissements RPC ainsi que la consultation du groupe Création de valeur pour le portefeuille.

Les employés d’Investissements RPC agissant à titre d’administrateurs pour des sociétés en portefeuille ne sont pas rémunérés à titre d’administrateurs et ne reçoivent pas de rémunération distincte pour leurs services.

Programme de formation à l’intention des administrateurs

Investissements RPC offre un solide programme de formation aux personnes nommées au conseil d’administration des sociétés en portefeuille. Il comprend notamment les éléments suivants :

  • Un cours de formation obligatoire, fondé sur les lignes directrices du conseil d’administration d’Investissements RPC et élaboré en partenariat avec des experts en gouvernance externes, est offert plusieurs fois par année aux administrateurs internes. Ce cours fournit des conseils sur des questions cruciales concernant les conseils, comme leur efficacité, les attentes à l’égard du comportement des administrateurs, la compréhension des obligations fiduciaires envers les sociétés en portefeuille et la gestion des conflits d’intérêts.
  • Une série de formation continue à l’intention des administrateurs qui comprend des modules de formation sur des sujets comme la création d’une culture d’inclusion et de diversité, la constitution d’équipes de gestion performantes, la gestion des conversations difficiles avec les parties prenantes, la gestion des menaces de perturbations et la surveillance par le conseil de la rémunération des dirigeants. Ces modules de formation sont offerts aux administrateurs internes et externes. Ils sont mis à jour et de nouveaux modules sont ajoutés sur une base régulière.
  • Occasion de participer à des programmes de formation externes formels, comme ceux offerts par l’Institut des administrateurs de sociétés.
  • Ressources internes, lignes directrices et soutien interne continu à la disposition des administrateurs pour s’assurer qu’ils sont bien outillés pour s’acquitter de leurs fonctions.

De plus, Investissements RPC mène une série de rencontres avec les administrateurs indépendants : une série continue de rencontres et de communications virtuelles et en personne qui nous permettent de partager de l’information et des pratiques exemplaires avec les administrateurs que nous avons nommés, de nous entendre sur des enjeux clés et d’apprendre les uns des autres.

Devoirs des administrateurs

Investissements RPC soutient et respecte la répartition des pouvoirs et des fonctions entre les trois grands groupes d’intéressés qui sont au cœur d’une bonne gouvernance – les propriétaires, les administrateurs et les gestionnaires. Il est essentiel de reconnaître le rôle de chaque groupe :

  • les actionnaires sont propriétaires de la société et élisent les administrateurs qui sont les gérants de la société;
  • le conseil d’administration est responsable de la gouvernance globale de la société, ce qui signifie normalement qu’il doit approuver la stratégie, surveiller sa mise en œuvre, nommer le chef de la direction et superviser la direction;
  • la direction est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de la stratégie de la société ainsi que de l’exercice de ses activités;
  • la direction rend des comptes au conseil d’administration et celui-ci s’acquitte de ses fonctions selon les intérêts supérieurs de la société.

Suivi continu

Investissements RPC s’est dotée d’une obligation de rendre des comptes à l’interne et, à ce titre, surveille de façon continue le rendement des personnes nommées et l’application des pratiques exemplaires en matière de gouvernance.

Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.