skip content
Loading indicator

Entrez le terme de recherche

Just like the rest of the investing world, venture capitalists have had to adjust to rapid change during the COVID-19 pandemic. That includes long-term investors, who are increasingly turning to early stage companies as a source of diversity for their portfolios and a way to access innovation at its source.

Monica Adractas, qui dirige le service de capital-risque d’Investissements RPC dans notre bureau de San Francisco, s’est récemment entretenue avec des représentants de trois des meilleures sociétés du secteur : Alex Rampell d’Andreessen Horowitz, Ali Rowghani d’Y Combinator et Sonali de Rycker d’Accel. La conversation virtuelle sur l’état des placements en capital-risque a été des plus intéressantes. La conversation a dépassé le cadre de la COVID-19, abordant en profondeur la nature des placements en capital-risque et les perspectives du secteur. L’article qui suit présente quelques points tirés de cette conversation.

À Investissements RPC, nous reconnaissons l’importance des placements en capital-risque pour un portefeuille à long terme. En plus des rendements financiers des placements que nous effectuons dans les sociétés en démarrage, nous sommes exposés à de nouvelles façons de voir le monde et aux dernières innovations, ce qui nous permet d’apporter de la valeur aux sociétés dans lesquelles nous investissons sous la forme d’une meilleure gouvernance et d’une participation accrue au conseil d’administration.

La cible idéale pour les investisseurs en capital-risque

La nature du profil risque-rendement pour les investisseurs en capital-risque est fondamentalement différente de celle des placements en actions. Les risques associés à chaque opération sont élevés – de nombreuses sociétés en démarrage ne s’en sortent pas – mais les rendements de celles qui le font peuvent être énormes. Pour les investisseurs qui ont misé sur Facebook à ses débuts, par exemple, les rendements ont été importants, et plus que suffisants pour compenser les multiples déceptions. En conséquence, la tâche la plus importante de l’investisseur en capital-risque est d’avoir accès à un grand nombre d’opérations. Ce qui empêche les investisseurs en capital-risque de dormir, c’est de ne pas investir dans le prochain Facebook. « L’une des choses que nous essayons toujours d’évaluer, c’est l’ampleur de la perte latente, en quelque sorte, si vous n’investissez pas », a expliqué un invité.

Parfois, les investisseurs n’arrivent tout simplement pas à voir le potentiel de la vision d’un entrepreneur. Lorsqu’Uber a vu le jour, de nombreuses sociétés de capital-risque ont essayé d’évaluer la taille du marché cible total en le comparant à celui des chauffeurs de taxi, sans anticiper que les plateformes de covoiturage pourraient devenir un outil beaucoup plus puissant pour offrir des services de transport et d’autres services. Un des invités a associé l’émergence d’Uber à un changement de comportement des consommateurs qui semble normal aujourd’hui, mais qui, aux débuts de la société, était difficile à imaginer : monter dans la voiture d’un inconnu.

Il est donc essentiel de comprendre et d’investir tôt dans les sociétés qui sont vraiment source de transformation, et c’est pourquoi la cible idéale pour les investisseurs en capital-risque est légèrement différente de celle des investisseurs en actions. Du côté des actions, idéalement, les investisseurs veulent trouver une société que le marché comprend mal et, par conséquent, sous-évalue. Nos invités ont appelé ce phénomène le « droit de ne pas adhérer au consensus ». Cet élément est beaucoup moins important pour les investisseurs en capital-risque. Participer à la naissance d’une entreprise grandiose, même si vous payez une prime élevée à ce moment-là, est beaucoup plus important. En conséquence, le « droit au consensus » est idéal dans le cas du capital-risque.

Les moteurs du cycle d’innovation

Il est tentant de vouloir associer les grandes périodes d’innovation aux cycles économiques. De nombreux rapports, par exemple, ont indiqué que la crise financière mondiale a été une période qui a donné naissance à des sociétés perturbatrices comme Uber, Airbnb, Square et Venmo. Toutefois, nos invités ne partagent pas tout à fait cet avis. Plutôt que de se concentrer sur les cycles économiques, ils pensent en termes de cycles de plateformes ou d’émergence de technologies clés permettant à une multitude de nouvelles entreprises de prendre forme. Internet, par exemple, a déjà été une nouvelle plateforme qui a stimulé la création d’entreprises.

Ce fut la même dynamique en 2008-2009. « De nombreuses sociétés exceptionnelles ont vu le jour à ce moment parce que c’était le début d’un cycle de plateforme et que cette plateforme était mobile », a expliqué l’un de nos invités, soulignant l’explosion d’applications qui ont augmenté de façon exponentielle l’utilité du téléphone mobile et stimulé la création d’une constellation de nouvelles entreprises, y compris celles indiquées ci-dessus.

Quelle sera donc la prochaine plateforme stimulatrice?

Il est essentiel de repérer rapidement ces nouvelles technologies et plateformes perturbatrices. Nos invités en ont cité quelques-unes, comme l’infonuagique et la mobilité. Une des plus surprenantes a été la technologie financière.

Toutes les sociétés sont en train de devenir des sociétés de technologie financière

« Toutes les sociétés sont en train de devenir des sociétés de technologie financière », a affirmé un invité. De nombreuses entreprises en démarrage offrent maintenant des solutions novatrices en marge des banques traditionnelles en groupant des services personnalisés plus rapides, plus abordables et plus pratiques. Ces sociétés pourraient devenir le « système d’exploitation » des petites entreprises. Dans le domaine de la restauration, Toast fournit des tablettes permettant aux serveurs de prendre les commandes numériquement; elle offre également des services de traitement des paiements et de prêts ainsi que d’autres services en arrière-plan qui sont traditionnellement offerts par les banques. Les studios de yoga et les spas ont MindBody, qui permet aux clients d’accéder aux horaires de cours, de s’inscrire et d’effectuer des paiements.

Les invités ont mentionné la convergence des services bancaires, des prêts, des paiements, des cryptomonnaies et d’autres produits qui peuvent maintenant être négociés et protégés par voie numérique. Ce mouvement a créé un environnement difficile pour les banques et il pourrait perturber le secteur bancaire traditionnel. Un des invités a notamment souligné le potentiel perturbateur de la cryptomonnaie : « Je pense que la notion de monnaie, d’argent et de garde et tous ces concepts de la vieille école vont être bouleversés par la cryptomonnaie. »

La COVID-19 et la nouvelle vague d’innovation dans le secteur de la santé

Les soins de santé numériques gagnaient lentement du terrain avant la pandémie. Cette tendance s’est accélérée du jour au lendemain en raison de la crise sanitaire. « La résistance des payeurs, des organismes de réglementation et des affaires publiques, notamment, a tout simplement été désintégrée », a souligné un invité. Alors qu’il a fallu dix ans aux cliniques de médecins généralistes au Royaume-Uni pour intégrer le sans fil, avec la menace de la pandémie de COVID-19, le service de santé national britannique (NHS) a été en mesure de lancer un appel d’offres pour une plateforme numérique pour ses omnipraticiens en seulement 48 heures.

Selon un invité, la tendance numérique dans les soins de santé répond à la règle des dix fois pour un dixième. Pour de nombreuses interactions entre les médecins et les patients, la télémédecine est dix fois plus efficace que les visites traditionnelles sur place, pour un dixième du coût. Compte tenu de ce ratio coûts/bénéfices, il est peu probable que la télémédecine soit reléguée aux oubliettes lorsque la crise actuelle prendra fin. Une nouvelle génération d’entrepreneurs, pour qui le numérique est une langue maternelle, créera des innovations autour de la télémédecine en offrant une gamme améliorée de services et des services connexes.

D’autres tendances ont également été accélérées par la COVID-19, notamment les services de livraison en ligne comme Instacart. Le choc de la pandémie a bouleversé le statu quo et, compte tenu des avantages et des faibles coûts, l’utilisation devrait persister même après la pandémie. Dans d’autres cas, notamment pour les plateformes de voyage comme Airbnb, la pandémie de COVID-19 a eu un effet dévastateur qui ne devrait être que temporaire.

Ce sont les personnes qui comptent, pas la technologie

Lorsqu’il s’agit de financer des sociétés qui n’en sont encore qu’à l’étape de l’idée, l’idée et la technologie sont importantes, mais ce sont les personnes qui importent le plus.

Dans le cas d’une société en démarrage, vous pouvez essayer de vous faire une idée des données, comme l’ensemble du marché cible, et de prévoir une valeur future, mais pour une société qui n’a pas encore gagné son premier dollar, c’est très difficile. Un invité estime le facteur de la personne à 98 % de la valeur d’une société en démarrage. Plus précisément, nos invités ont souligné trois qualités dont les dirigeants fondateurs ont besoin : la capacité de lever des fonds, la capacité d’attirer des talents et la capacité d’imaginer un avenir différent. Pour la première, les investisseurs en capital-risque recherchent un charisme de base et la capacité de raconter des histoires, car le fondateur passera beaucoup de temps à courtiser les investisseurs. « Si vous ne pouvez pas collecter des fonds, explique un invité, peu importe la qualité de votre produit, vous n’y arriverez pas. »

Le deuxième élément que les investisseurs en capital-risque examinent est les ressources humaines. La capacité d’attirer les meilleurs talents au tout début est terriblement importante. Lorsqu’une société crée ses premiers produits, l’accès aux bons talents peut faire croître l’entreprise ou la briser. Le troisième facteur, à savoir la capacité de faire des liens et d’anticiper les tendances pour créer une vision unique de l’avenir, est également important. Les investisseurs veulent travailler avec une personne capable d’avoir une vision complètement nouvelle et perturbatrice du monde, plutôt qu’une version simplement améliorée du statu quo. Un autre facteur X est ressorti de la conversation : la capacité et la volonté d’apprendre. Cela exige des capacités intellectuelles et de l’ingéniosité, ainsi que la volonté d’investir dans le savoir en tirant parti des réseaux et en développant la capacité de tisser des liens avec d’autres personnes brillantes. Un des invités a qualifié cette capacité d’apprendre comme « la marque distinctive des leaders exceptionnels ».

Nous commençons à voir de l’innovation dans la façon dont les sociétés sont construites et gérées – et ce type d’innovation n’est pas fréquent.

Le lieu est important

Bien entendu, l’endroit où les entreprises sont implantées est aussi important. L’effet de la Silicon Valley en termes de réseautage, par exemple, est légendaire : vous pouvez rencontrer des investisseurs et des experts en technologie de tous horizons juste en allant vous chercher un café. Mais la Silicon Valley a aussi l’un des coûts de la vie les plus élevés aux États-Unis, ce qui la rend particulièrement rédhibitoire pour les jeunes talents qui ont une famille. Le lieu d’implantation des travailleurs est également important. Depuis des mois maintenant, une énorme partie de la main-d’œuvre mondiale travaille à distance, et de nombreuses entreprises rendent cet arrangement permanent pour la totalité ou une partie de leur effectif.

De nombreuses personnes parlent d’une rupture radicale avec la manière traditionnelle de se rendre sur place pour travailler, mais nos invités ont des opinions plus nuancées. L’un d’eux a souligné qu’en Europe, la tradition de démarrer des sociétés dans des villes de niveau 2, 3 voire 4 est déjà bien enracinée. Lorsqu’elles commencent à prendre de l’expansion, ces entreprises en démarrage déménagent dans une ville de niveau 1 comme Amsterdam ou Berlin, mais cela commence à changer à mesure que la technologie s’améliore et que les gens sont de plus en plus à l’aise avec le travail à distance.

Comme l’a indiqué un invité : « Nous commençons à voir de l’innovation dans la façon dont les sociétés sont construites et gérées – et ce type d’innovation n’est pas fréquent. » Il est bien connu que Steve Jobs insistait pour que chaque employé se présente au travail chaque jour, afin de promouvoir les rencontres fortuites qui stimulent l’innovation, mais certains invités pensent que ce n’est plus si important, indiquant que certaines sociétés en démarrage qui travaillent à distance depuis le début commencent à prendre de l’expansion, comme InVision.

Certaines sociétés font figure de pionnières en matière de décentralisation de leurs effectifs en combinant le travail à distance et des centres de travail sur place dans de plus petites villes. Certaines n’ont que leur équipe de vente dans la Silicon Valley. La pandémie de COVID-19 accélère ces tendances et nos invités s’attendent à ce que de nouveaux paradigmes émergent. « La révolution du travail à distance offre le meilleur des deux mondes, car elle permet aux sociétés d’être présentes dans la Silicon Valley sans y avoir toute leur infrastructure », comme le précise un invité.

Nous continuerons de surveiller le secteur du capital-risque pour y trouver des idées et des innovations qui peuvent enrichir toutes nos activités de placement à l’échelle mondiale.

À propos des auteurs

monica Adractas 180x180

Monica Adractas

Head of Venture Funds

Monica Adractas est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre du programme des fonds de capital-risque. Elle dirige des équipes dans le cadre du repérage, de l’exécution et de la gestion des engagements dans des fonds du marché du capital-risque. Avant d’entrer au service d’Investissements RPC en 2019, elle a dirigé des projets en innovation dans des milieux technologiques à croissance élevée, notamment à Facebook, à Box et à Starbucks. Dernièrement, elle a occupé le poste de directrice mondiale à Workplace, un secteur d’activité de Facebook qu’elle a aidé à lancer en 2016. Elle a aussi travaillé pendant 10 ans à McKinsey & Company à San Francisco et à New York. Elle est titulaire d’un baccalauréat en économie de la Wharton School de l’université de Pennsylvanie et d’un M.B.A. de la Harvard Business School. Monica Adractas siège actuellement au conseil de Technoserve, un organisme de développement international à but non lucratif.

Monica Adractas, qui dirige le service de capital-risque d’Investissements RPC dans notre bureau de San Francisco, s’est récemment entretenue avec des représentants de trois des meilleures sociétés du secteur : Alex Rampell d’Andreessen Horowitz, Ali Rowghani d’Y Combinator et Sonali de Rycker d’Accel. La conversation virtuelle sur l’état des placements en capital-risque a été des plus intéressantes. La conversation a dépassé le cadre de la COVID-19, abordant en profondeur la nature des placements en capital-risque et les perspectives du secteur. L’article qui suit présente quelques points tirés de cette conversation.

À Investissements RPC, nous reconnaissons l’importance des placements en capital-risque pour un portefeuille à long terme. En plus des rendements financiers des placements que nous effectuons dans les sociétés en démarrage, nous sommes exposés à de nouvelles façons de voir le monde et aux dernières innovations, ce qui nous permet d’apporter de la valeur aux sociétés dans lesquelles nous investissons sous la forme d’une meilleure gouvernance et d’une participation accrue au conseil d’administration.

La cible idéale pour les investisseurs en capital-risque

La nature du profil risque-rendement pour les investisseurs en capital-risque est fondamentalement différente de celle des placements en actions. Les risques associés à chaque opération sont élevés – de nombreuses sociétés en démarrage ne s’en sortent pas – mais les rendements de celles qui le font peuvent être énormes. Pour les investisseurs qui ont misé sur Facebook à ses débuts, par exemple, les rendements ont été importants, et plus que suffisants pour compenser les multiples déceptions. En conséquence, la tâche la plus importante de l’investisseur en capital-risque est d’avoir accès à un grand nombre d’opérations. Ce qui empêche les investisseurs en capital-risque de dormir, c’est de ne pas investir dans le prochain Facebook. « L’une des choses que nous essayons toujours d’évaluer, c’est l’ampleur de la perte latente, en quelque sorte, si vous n’investissez pas », a expliqué un invité.

Parfois, les investisseurs n’arrivent tout simplement pas à voir le potentiel de la vision d’un entrepreneur. Lorsqu’Uber a vu le jour, de nombreuses sociétés de capital-risque ont essayé d’évaluer la taille du marché cible total en le comparant à celui des chauffeurs de taxi, sans anticiper que les plateformes de covoiturage pourraient devenir un outil beaucoup plus puissant pour offrir des services de transport et d’autres services. Un des invités a associé l’émergence d’Uber à un changement de comportement des consommateurs qui semble normal aujourd’hui, mais qui, aux débuts de la société, était difficile à imaginer : monter dans la voiture d’un inconnu.

Il est donc essentiel de comprendre et d’investir tôt dans les sociétés qui sont vraiment source de transformation, et c’est pourquoi la cible idéale pour les investisseurs en capital-risque est légèrement différente de celle des investisseurs en actions. Du côté des actions, idéalement, les investisseurs veulent trouver une société que le marché comprend mal et, par conséquent, sous-évalue. Nos invités ont appelé ce phénomène le « droit de ne pas adhérer au consensus ». Cet élément est beaucoup moins important pour les investisseurs en capital-risque. Participer à la naissance d’une entreprise grandiose, même si vous payez une prime élevée à ce moment-là, est beaucoup plus important. En conséquence, le « droit au consensus » est idéal dans le cas du capital-risque.

Les moteurs du cycle d’innovation

Il est tentant de vouloir associer les grandes périodes d’innovation aux cycles économiques. De nombreux rapports, par exemple, ont indiqué que la crise financière mondiale a été une période qui a donné naissance à des sociétés perturbatrices comme Uber, Airbnb, Square et Venmo. Toutefois, nos invités ne partagent pas tout à fait cet avis. Plutôt que de se concentrer sur les cycles économiques, ils pensent en termes de cycles de plateformes ou d’émergence de technologies clés permettant à une multitude de nouvelles entreprises de prendre forme. Internet, par exemple, a déjà été une nouvelle plateforme qui a stimulé la création d’entreprises.

Ce fut la même dynamique en 2008-2009. « De nombreuses sociétés exceptionnelles ont vu le jour à ce moment parce que c’était le début d’un cycle de plateforme et que cette plateforme était mobile », a expliqué l’un de nos invités, soulignant l’explosion d’applications qui ont augmenté de façon exponentielle l’utilité du téléphone mobile et stimulé la création d’une constellation de nouvelles entreprises, y compris celles indiquées ci-dessus.

Quelle sera donc la prochaine plateforme stimulatrice?

Il est essentiel de repérer rapidement ces nouvelles technologies et plateformes perturbatrices. Nos invités en ont cité quelques-unes, comme l’infonuagique et la mobilité. Une des plus surprenantes a été la technologie financière.

Toutes les sociétés sont en train de devenir des sociétés de technologie financière

« Toutes les sociétés sont en train de devenir des sociétés de technologie financière », a affirmé un invité. De nombreuses entreprises en démarrage offrent maintenant des solutions novatrices en marge des banques traditionnelles en groupant des services personnalisés plus rapides, plus abordables et plus pratiques. Ces sociétés pourraient devenir le « système d’exploitation » des petites entreprises. Dans le domaine de la restauration, Toast fournit des tablettes permettant aux serveurs de prendre les commandes numériquement; elle offre également des services de traitement des paiements et de prêts ainsi que d’autres services en arrière-plan qui sont traditionnellement offerts par les banques. Les studios de yoga et les spas ont MindBody, qui permet aux clients d’accéder aux horaires de cours, de s’inscrire et d’effectuer des paiements.

Les invités ont mentionné la convergence des services bancaires, des prêts, des paiements, des cryptomonnaies et d’autres produits qui peuvent maintenant être négociés et protégés par voie numérique. Ce mouvement a créé un environnement difficile pour les banques et il pourrait perturber le secteur bancaire traditionnel. Un des invités a notamment souligné le potentiel perturbateur de la cryptomonnaie : « Je pense que la notion de monnaie, d’argent et de garde et tous ces concepts de la vieille école vont être bouleversés par la cryptomonnaie. »

La COVID-19 et la nouvelle vague d’innovation dans le secteur de la santé

Les soins de santé numériques gagnaient lentement du terrain avant la pandémie. Cette tendance s’est accélérée du jour au lendemain en raison de la crise sanitaire. « La résistance des payeurs, des organismes de réglementation et des affaires publiques, notamment, a tout simplement été désintégrée », a souligné un invité. Alors qu’il a fallu dix ans aux cliniques de médecins généralistes au Royaume-Uni pour intégrer le sans fil, avec la menace de la pandémie de COVID-19, le service de santé national britannique (NHS) a été en mesure de lancer un appel d’offres pour une plateforme numérique pour ses omnipraticiens en seulement 48 heures.

Selon un invité, la tendance numérique dans les soins de santé répond à la règle des dix fois pour un dixième. Pour de nombreuses interactions entre les médecins et les patients, la télémédecine est dix fois plus efficace que les visites traditionnelles sur place, pour un dixième du coût. Compte tenu de ce ratio coûts/bénéfices, il est peu probable que la télémédecine soit reléguée aux oubliettes lorsque la crise actuelle prendra fin. Une nouvelle génération d’entrepreneurs, pour qui le numérique est une langue maternelle, créera des innovations autour de la télémédecine en offrant une gamme améliorée de services et des services connexes.

D’autres tendances ont également été accélérées par la COVID-19, notamment les services de livraison en ligne comme Instacart. Le choc de la pandémie a bouleversé le statu quo et, compte tenu des avantages et des faibles coûts, l’utilisation devrait persister même après la pandémie. Dans d’autres cas, notamment pour les plateformes de voyage comme Airbnb, la pandémie de COVID-19 a eu un effet dévastateur qui ne devrait être que temporaire.

Ce sont les personnes qui comptent, pas la technologie

Lorsqu’il s’agit de financer des sociétés qui n’en sont encore qu’à l’étape de l’idée, l’idée et la technologie sont importantes, mais ce sont les personnes qui importent le plus.

Dans le cas d’une société en démarrage, vous pouvez essayer de vous faire une idée des données, comme l’ensemble du marché cible, et de prévoir une valeur future, mais pour une société qui n’a pas encore gagné son premier dollar, c’est très difficile. Un invité estime le facteur de la personne à 98 % de la valeur d’une société en démarrage. Plus précisément, nos invités ont souligné trois qualités dont les dirigeants fondateurs ont besoin : la capacité de lever des fonds, la capacité d’attirer des talents et la capacité d’imaginer un avenir différent. Pour la première, les investisseurs en capital-risque recherchent un charisme de base et la capacité de raconter des histoires, car le fondateur passera beaucoup de temps à courtiser les investisseurs. « Si vous ne pouvez pas collecter des fonds, explique un invité, peu importe la qualité de votre produit, vous n’y arriverez pas. »

Le deuxième élément que les investisseurs en capital-risque examinent est les ressources humaines. La capacité d’attirer les meilleurs talents au tout début est terriblement importante. Lorsqu’une société crée ses premiers produits, l’accès aux bons talents peut faire croître l’entreprise ou la briser. Le troisième facteur, à savoir la capacité de faire des liens et d’anticiper les tendances pour créer une vision unique de l’avenir, est également important. Les investisseurs veulent travailler avec une personne capable d’avoir une vision complètement nouvelle et perturbatrice du monde, plutôt qu’une version simplement améliorée du statu quo. Un autre facteur X est ressorti de la conversation : la capacité et la volonté d’apprendre. Cela exige des capacités intellectuelles et de l’ingéniosité, ainsi que la volonté d’investir dans le savoir en tirant parti des réseaux et en développant la capacité de tisser des liens avec d’autres personnes brillantes. Un des invités a qualifié cette capacité d’apprendre comme « la marque distinctive des leaders exceptionnels ».

Nous commençons à voir de l’innovation dans la façon dont les sociétés sont construites et gérées – et ce type d’innovation n’est pas fréquent.

Le lieu est important

Bien entendu, l’endroit où les entreprises sont implantées est aussi important. L’effet de la Silicon Valley en termes de réseautage, par exemple, est légendaire : vous pouvez rencontrer des investisseurs et des experts en technologie de tous horizons juste en allant vous chercher un café. Mais la Silicon Valley a aussi l’un des coûts de la vie les plus élevés aux États-Unis, ce qui la rend particulièrement rédhibitoire pour les jeunes talents qui ont une famille. Le lieu d’implantation des travailleurs est également important. Depuis des mois maintenant, une énorme partie de la main-d’œuvre mondiale travaille à distance, et de nombreuses entreprises rendent cet arrangement permanent pour la totalité ou une partie de leur effectif.

De nombreuses personnes parlent d’une rupture radicale avec la manière traditionnelle de se rendre sur place pour travailler, mais nos invités ont des opinions plus nuancées. L’un d’eux a souligné qu’en Europe, la tradition de démarrer des sociétés dans des villes de niveau 2, 3 voire 4 est déjà bien enracinée. Lorsqu’elles commencent à prendre de l’expansion, ces entreprises en démarrage déménagent dans une ville de niveau 1 comme Amsterdam ou Berlin, mais cela commence à changer à mesure que la technologie s’améliore et que les gens sont de plus en plus à l’aise avec le travail à distance.

Comme l’a indiqué un invité : « Nous commençons à voir de l’innovation dans la façon dont les sociétés sont construites et gérées – et ce type d’innovation n’est pas fréquent. » Il est bien connu que Steve Jobs insistait pour que chaque employé se présente au travail chaque jour, afin de promouvoir les rencontres fortuites qui stimulent l’innovation, mais certains invités pensent que ce n’est plus si important, indiquant que certaines sociétés en démarrage qui travaillent à distance depuis le début commencent à prendre de l’expansion, comme InVision.

Certaines sociétés font figure de pionnières en matière de décentralisation de leurs effectifs en combinant le travail à distance et des centres de travail sur place dans de plus petites villes. Certaines n’ont que leur équipe de vente dans la Silicon Valley. La pandémie de COVID-19 accélère ces tendances et nos invités s’attendent à ce que de nouveaux paradigmes émergent. « La révolution du travail à distance offre le meilleur des deux mondes, car elle permet aux sociétés d’être présentes dans la Silicon Valley sans y avoir toute leur infrastructure », comme le précise un invité.

Nous continuerons de surveiller le secteur du capital-risque pour y trouver des idées et des innovations qui peuvent enrichir toutes nos activités de placement à l’échelle mondiale.

À propos des auteurs

monica Adractas 180x180

Monica Adractas

Head of Venture Funds

Monica Adractas est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre du programme des fonds de capital-risque. Elle dirige des équipes dans le cadre du repérage, de l’exécution et de la gestion des engagements dans des fonds du marché du capital-risque. Avant d’entrer au service d’Investissements RPC en 2019, elle a dirigé des projets en innovation dans des milieux technologiques à croissance élevée, notamment à Facebook, à Box et à Starbucks. Dernièrement, elle a occupé le poste de directrice mondiale à Workplace, un secteur d’activité de Facebook qu’elle a aidé à lancer en 2016. Elle a aussi travaillé pendant 10 ans à McKinsey & Company à San Francisco et à New York. Elle est titulaire d’un baccalauréat en économie de la Wharton School de l’université de Pennsylvanie et d’un M.B.A. de la Harvard Business School. Monica Adractas siège actuellement au conseil de Technoserve, un organisme de développement international à but non lucratif.

Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.